vendredi 27 mars 2015

Charlie et la Spirale (1)


C'est la mémoire qui fait toute la profondeur de l'homme. Charles Péguy


On peut se contenter de suivre l’actualité comme un wagon suit la locomotive conduite par les médias dominants, en se laissant aveugler par la fumée des faits et de leur interprétation officielle, sans comprendre qu’ils sont des signaux forts ou faibles, selon l’intensité de l’évènement, qui nous renseignent sur l’évolution des mentalités. Ces « signes des temps » rendent visibles des dynamiques profondes en les cristallisant à un moment donné à travers cette manifestation phénoménale qu'est l'évènement.

C’est ce que nous essayons de faire dans le Journal Intégral, en utilisant notamment les outils d’interprétation que nous offre une théorie intégrale fondée sur l’analyse et la compréhension de la dynamique évolutionnaire. C’est ainsi que dans quatre précédents billets – Une insurrection spirituelle, Quand Charlie médite, Le Paradigme perdu, Le fondamentalisme marchand – nous avons analysé les évènements de Janvier dans la perspective globale d’un changement de paradigme qui constitue le cœur de notre réflexion.

C’est dans la continuité de cette réflexion et en complémentarité avec celle-ci que nous vous proposons, dans ce billet et le suivant, une analyse de ces évènements tragiques faite par Jacques Ferber à partir d'une approche intégrale qui utilise à la fois le modèle AQAL de Ken Wilber et la Spirale Dynamique de Clare Graves. Dans ce premier billet, après avoir résumé notre réflexion sur ces événements, nous proposerons le début de "Charlie et la Spirale" où Jacques Ferber expose certains des principes théoriques qui fondent l'approche intégrale et les modèles qu'elle a inspirée.

Un Signe des Temps


J’aimerais donc résumer en quelques phrases une synthèse de la réflexion menée ici, à travers plusieurs billets, autour des évènements tragiques de Janvier. Charlie-Hebdo incarnait l’hédonisme libertaire de Mai 68 qui a conduit au meilleur de l'individuation créatrice - l'expression subjective des individus - comme au pire de l'individualisme prédateur, un égoïsme destructeur de toute altérité. C’est en effet sur cette idéologie libertaire et individualiste que le néo-libéralisme s’est adossé pour détruire les formes traditionnelles de socialisation et faire advenir le règne d’un individu abstrait et narcissique - Homo œconomicus - centré sur le calcul rationnel de ses intérêts, délié de toute appartenance comme de toute transcendance, aliéné par sa toute-puissance infantile. 

Cette alliance libertaire/libérale est à l’origine de ce que Joseph Stiglitz nomme le fondamentalisme marchand, à savoir l’extension démesurée de la sphère économique à tous les aspects de la vie sociale, affective, politique, culturelle et même spirituelle. En détruisant les liens sociaux, les codes identitaires et l’ordre symbolique qui régissait traditionnellement les sociétés, le fondamentalisme marchand est devenu le fourrier d’un fondamentalisme religieux qui vient remplir de ses normes régressives et de sa passion identitaire le profond vide existentiel et spirituel d'un Occident désenchanté en proie au nihilisme.

Ces deux formes de fondamentalismes - marchand et identitaire - participent donc d'un même continuum, celui d'un système mondialisé dont ils constituent les deux polarités à la fois contraires et complémentaires. En s’opposant, ils se renforcent l'un l'autre et enferment ainsi les sociétés comme les individus dans le cercle vicieux d'une double impasse dont on ne peut se libérer que par un saut évolutif. Le crépuscule des Lumières auquel nous assistons annonce l'aurore d'un nouveau cycle fondée sur l’émergence de formes spirituelles inédites qui intègrent, dépassent et transcendent tradition religieuse et modernité abstraite dans une synthèse novatrice. 

Derrière la crise évolutive que nous vivons, se dessine donc l’avènement d’un nouveau paradigme évoqué depuis des décennies par nombre de penseurs : celui d’un réenchantement du monde fondé sur l’intégration du meilleur de la tradition - sa dimension organique, holiste et sacrée - avec le meilleur d'une modernité fondée sur les valeurs de la raison, de l'individu et de l'évolution. Cette intégration aboutit à un modèle de co-évolution entre l'individu et son milieu : la dynamique d'individuation qui est au cœur du développement humain apparaît dès lors comme une modalité particulière d'une évolution vers la complexité propre à son milieu cosmique et naturel. 

Ce saut évolutif inspire ce que le mouvement des Colibris nomme une (R)évolution intérieure, en lançant ces jours-ci une campagne sur ce thème, à savoir la synchronisation entre transformation individuelle, mutation culturelle et changement socio-économique. Ce saut évolutif doit bien évidemment s'accompagner d'une profonde révolution pédagogique et éducative dont les premières rencontres nationales du Printemps de l’Éducation ont posé les bases les 21 et 22 Mars dernier. Au cœur de ce saut évolutif : une authentique Insurrection Spirituelle : l’éveil de la conscience à la profondeur de l’esprit permet le jaillissement, la canalisation et la transmutation des forces de la vie et de la psyché jusque-là verrouillées par l’abstraction du mental au service de la toute-puissance de l’égo. Tous ceux qui voudraient suivre de manière détaillée le cheminement de cette réflexion peuvent se référer aux divers billets à travers lesquels elle s’est développée. 

Une belle synchronicité


A la fois systémique et synchronique,  cette analyse rend compte d’un système à un temps T qui est celui d’un évènement significatif donnant à voir soudainement la complexité et la profondeur d’un mouvement en le cristallisant. Je désirais compléter cette analyse synchronique (système présent) par une profondeur diachronique (développement temporel) capable de situer ce changement de paradigme dans la dynamique globale de l’évolution humaine. Et pour ce faire, je voulais utiliser le modèle de la Dynamique Spirale qui permet de comprendre la dynamique évolutionnaire et sa manifestation à travers les divers stades du développement humain dans le temps.

J’avais déjà nombre d’idées en ce sens quand j’ai entendu l’émission intitulée Am i Charlie Hebdo ? où Jeff Salzman décrypte les évènements parisiens à partir d’une perspective intégrale en compagnie d’Amir Ahmed Nasr, un activiste arabe ayant dû s’exiler au Canada pour fuir la vindicte des islamistes. Cette émission et sa retranscription (en anglais tous les deux) sont disponibles gratuitement sur le site Integral Life. L’analyse de Jeff Salzman confortant la mienne, je commençais à écrire un billet que j’intitulais Charlie et la Spirale. Et quelle ne fût pas ma surprise, en lisant sur le site de Jacques Ferber - Développement Intégral - un billet intitulé Charlie et la Spirale. Belle synchronicité ! Ce ne sont pas les grands esprits qui se rencontrent mais ceux dont l’intuition reste connectée à l’Esprit du temps et à son mouvement évolutif. 

Dans ce texte, Jacques Ferber propose avec maestria une interprétation des évènements de Janvier qui montre la pertinence d’une approche évolutionnaire pour saisir les mouvements profonds affleurant à la surface de l’actualité à travers des « phénomènes » et des évènements spectaculaires. J’ai donc demandé à Jacques l’autorisation de publier son texte dans le Journal Intégral pour faire profiter les lecteurs de ses lumières. 

Une démarche intégrative 

Jacques Ferber
Nous avons évoqué à plusieurs reprises la démarche intégrative de Jacques Ferber, professeur d’Intelligence Artificielle à l’Université de Montpellier II et spécialiste des sciences cognitives. Auteur de Les systèmes multi-agents. Vers une intelligence Collective et Co-auteur de Le monde change… et nous ?, il travaille sur la modélisation de processus sociaux et l’élaboration de modèles concernant l’évolution individuelle et collective à partir d’une approche intégrale. 

Parallèlement à ce travail universitaire, il suit également depuis plus de 20 ans un chemin d’éveil spirituel qui l’a conduit à se former au tantra, à la méditation et à différentes traditions spirituelles. Cette complémentarité entre science et conscience est à l’origine d’une démarche intégrative qui lui permet d’éclairer les pratiques spirituelles par sa connaissance des sciences cognitives… et inversement. Jacques Ferber partage les résultats de ses recherches aussi bien à travers son site Développement Intégral qu’à travers les stages de « Tantra Intégral » ou d’éveil de la conscience qu’il anime depuis quelques années. 

Dans la première partie de Charlie et la Spirale, ci-dessous, Jacques Ferber présente de manière synthétique l’esprit qui anime l’approche intégrale et les modèles qu’il utilise dans son interprétation évolutionnaire des évènements de Janvier. 

Charlie et la Spirale. Les stades d’évolution de visions du monde. Jacques Ferber 


... Pour comprendre plus finement ce qui s’est passé, nous avons besoin de prendre du recul, de dépasser (sans la banaliser) l’atrocité de cette tuerie, de ne pas voir uniquement la barbarie attaquant la liberté d’expression, mais de comprendre ce qui se joue derrière, en termes de forces psychiques et sociales, car au-delà des meurtres et des événements, au-delà des personnes, des nations et des religions, ce sont des forces puissantes liées à des visions du monde différentes qui s’affrontent. Et l’approche intégrale (qui comprend le modèle AQAL de Ken Wilber comme celui de Clare Graves aussi appelé Spirale Dynamique) permet de comprendre ces événements à partir de la dynamique psycho-sociale des systèmes de valeurs, au-delà des enjeux personnels. 

Au lieu de voir des personnes qui attaquent d’autres personnes, ces grilles de lecture nous montrent qu’il s’agit de «visions du monde» (worldviews) qui s’affrontent les unes aux autres, car nous sommes – chacun d’entre nous – les porteurs inconscients de systèmes de croyances qui façonnent notre conduite. Nos pensées, nos valeurs, nos manières de voir le monde sont collectives. Et parfois ces systèmes de croyances, mus par des ressorts subconscients, archétypaux, profondément enracinés dans notre psyché collective, sont en tension, n’attendant qu’une étincelle pour allumer la mèche de l’affrontement. 

L’approche intégrale considère que nos visions du monde suivent un processus développemental lié aux conditions sociales, technologiques et environnementales dans lesquelles nous vivons. A l’instar de l’évolution biologique, les représentations collectives et les formes de pensées évoluent elles-aussi, lorsque les conditions d’existence se modifient. Elles forment la base de ce qu’on appelle la «culture» d’un peuple, d’une nation, d’une tribu ou d’une famille: une certaine manière d’appréhender le monde et de lui donner du sens. 

Cela inclut les normes, les systèmes de valeurs, mais aussi les croyances religieuses, ce qu’il est bon, juste ou convenable de faire et inversement ce qui est répréhensible, mauvais, ou simplement peu aligné comme on le dit aujourd’hui. Tous nos actes, tous nos comportements sont mus ou médiatisés par ce système de valeurs qui constituent comme des sortes de «lunettes» cognitives filtrant et éclairant le monde. 

Or, à l’encontre de ce que l’on peut croire parfois, les systèmes de valeurs ne sont pas arbitraires. C’est en tout cas, ce que prétendent les théories évolutionnaires qui tendent à montrer que les besoins cognitifs comme les valeurs culturelles nécessaires pour survivre dans la forêt ne sont pas les mêmes que celles qui régissent la vie des grandes cités industrielles contemporaines. 


Dans la vision de Clare Graves, et d’une certaine manière pour tous les tenants d’une vision évolutionnaire du monde (comme Jean Gebser, Jean Piaget, Lawrence Kohlberg, Teilhard de Chardin, Ken Wilber, Susanne Cook-Greuter et bien d’autres), ce processus d’évolution «psycho-socio-culturel» s’exprime le long d’un ensemble de courants ou stades de développement. 

Chaque stade prend pied sur le stade précédent en incorporant ses qualités, comme un étage d’une maison qui s’ajoute à l’étage précédent. Chaque stade, initié par des conditions de vie particulières, tend à résoudre les problèmes posés par le stade précédent, en apportant à chaque fois une vue plus large et en même temps plus différenciée du monde. Mais en même temps, ce nouveau courant apportera finalement son lot de questions et de problèmes qui ne pourront être bien gérées qu’au stade suivant. 

Chaque stade constitue un niveau d’existence caractérisé par un système de valeurs, ou pour utiliser un terme plus technique: un «vmème » c’est-à-dire un «value meme», un «mème de valeur». Les mèmes, au-delà de leur utilisation sur Internet, sont à la culture ce que les gènes sont à la biologie. Les mèmes sont des idées, des croyances, des valeurs, des unités d’information culturelle, qui passent de cerveau en cerveau par le bouche à oreille, les médias et internet et qui utilisent l’esprit humain comme hôte, les idées étant considérées comme des virus. 

Et un vMème (on parle parfois de memeplex) est un système de tels mèmes organisés en une structure complexe constituant une vision du monde, c’est-à-dire des «lunettes cognitives» avec lesquelles nous voyons – et créons – le monde. L’ensemble de ces courants constitue cette spirale de l’évolution. Chacun est caractérisé par son nom, une couleur qui permet de mieux le mémoriser ainsi que la liste des caractéristiques qui lui sont associées...

La Dynamique Évolutionnaire

Dans Le Journal Intégral, nous avons déjà, à de nombreuses reprises, évoqués aussi bien la Spirale Dynamique de Clare Graves que le modèle AQAL de Ken Wilber et notamment ici à travers une présentation détaillée proposée par Jacques Ferber. Voici ci-dessous un schéma synthétique et illustré qui présente les différents stades de la dynamique évolutionnaire.


Dans un monde en mutation constante et en complexité croissante, la connaissance de la dynamique évolutionnaire s’avère fondamentale. En situant rapidement la vision du monde dans laquelle s’inscrivent les individus, les communautés et les nations, on peut comprendre leur logique afin d'établir une meilleure communication avec eux et créer des médiations entre les divers "points de vue" dans la perspective d’un équilibre harmonieux et évolutif de l’ensemble.

L’Institut Ressources organise du 29 au 31 Mai 2015, près de Bruxelles, un stage de formation à l’approche intégrale animé par Jacques Ferber. Celui-ci présentera, entre autre, le modèle AQAL de Ken Wilber et la Dynamique Spirale de Clare Graves qui permettent, l’un et l’autre, de décoder les différentes visions (worldviews) façonnant la réalité individuelle et collective. Cette formation permet d’acquérir non seulement une compréhension et une maitrise plus profonde de la Spirale, mais aussi une pratique pour vivre plus authentiquement au niveau intégratif-systémique, Jaune. D’autres formations de ce type seront programmées dans les temps qui viennent. Pour toutes informations concernant celles-ci, se renseigner auprès du site Développement Intégral.

Après avoir présenté dans ce billet le contexte théorique de l'approche intégrale, nous proposerons la semaine prochaine le corps de l'article "Charlie et la Spirale" dans lequel Jacques Ferber analyse avec beaucoup de profondeur les tragiques évènements de Janvier à partir de cette perspective évolutionnaire.

Ressources 

Développement Intégral  Le site de Jacques Ferber

Le monde change... et nous ?   Livre de Jacques Ferber et Véronique Guérin 


Am i Charlie ?  Émission de Jeff Salzman sur Integral Life

Dans le Journal Intégral :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire