jeudi 8 décembre 2016

Libération Animale


La façon dont nous traitons ceux qui sont, comme nous, des êtres sensibles porte dans le monde un message d'obscurité et de mort ou un message de lumière et de vie. Matthieu Ricard 


Dans notre dernier billet, nous évoquions la twitterature d’Edgar Morin qui partage tout au long de l’année, sous formes de tweets, ses réflexions inspirées par une pensée de la complexité. Nous y faisions le lien avec les billets précédents qui traitaient de la Spirale Dynamique, en montrant comment le passage à la Seconde phase de la Spirale Dynamique correspond à l’émergence d’une pensée complexe - fondée sur la relation, le mouvement et la globalité - dont Edgar Morin est un représentant emblématique. A cette pensée complexe pour laquelle "tout est lié" correspond l'émergence d'une sensibilité empathique qui participe intimement et intuitivement à l’interdépendance et l’unité du vivant à travers tous les règnes.

Fondé sur l'antispécisme qui rejette toute forme de discrimination fondée sur l'espèce, le mouvement de libération animale participe de cette sensibilité émergente dont Edgar Morin se fait le porte-parole en écrivant le 24 Septembre deux tweets qui ont fait réagir les réseaux sociaux en suscitant un débat virulent : « L'humanité est nazie pour le monde animal. » « Animaux pour abattoirs, animaux pour laboratoires subissent des Auschwitz permanents. » La première de ces phrases est une citation d'Isaac Bashevis Singer (1904-1991), écrivain yiddish, lauréat du prix Nobel de littérature en 1978. En la reprenant à son compte, Edgar Morin dénonce la souffrance infligée à ces êtres vivants et sensibles que sont les animaux : chaque heure dans le monde 7 millions d'animaux terrestres et 115 millions d'animaux marins sont tués pour notre usage !... Ceux qui s'interrogent sur la pertinence d'une telle citation peuvent se reporter au livre de Robert Patterson "Un éternel Treblinka" (voir liens dans la rubrique Ressources).

Un profond mouvement de la conscience collective - particulièrement chez les jeunes générations - n’accepte plus l’évidence de la souffrance, de l'exploitation et de la maltraitance animales comme hier on n’a plus accepté celle de l’esclavage et de la torture, du racisme, du sexisme et de l'homophobie. Ce mouvement s’est exprimé le 22 Novembre à travers un manifeste signé par 26 organisations non gouvernementales (ONG) de protection animale réunies pour la première fois au sein d’un collectif baptisé Animal Politique. Ce manifeste formule 30 propositions visant à inscrire la condition animale dans le prochain débat électoral.

Ne mangeant plus de viande depuis plus de 40 ans, le drôle d’animal qui écrit ces lignes se sent donc concerné par la parution d’un tel manifeste qui est le signe évident de cette transformation des mentalités promue par Edgar Morin dans notre billet précédent. Pour mieux saisir le sens de cette évolution, nous proposerons un article paru dans Le Monde où Audrey Garric évoque le manifeste Animal Politique, suivi d'un article de Matthieu Ricard, paru dans Le Point  à l’occasion de ce manifeste, où le moine bouddhiste, docteur en génétique, pose un regard à la fois humaniste et spirituel sur la souffrance animale : « La façon dont nous traitons ceux qui sont, comme nous, des êtres sensibles porte dans le monde un message d'obscurité et de mort ou un message de lumière et de vie... Près de 20 % des étudiants américains sont végans... Un changement de société et de culture est en cours, même s'il prend du temps. » 

Célébrer la vie 

Dans un billet intitulé Matthieu Ricard, L’entraînement de l’esprit, nous évoquions notamment son ouvrage Plaidoyer pour les animaux, où l’auteur nous invite à étendre notre bienveillance à l’ensemble des êtres sensibles, dans l’intérêt des animaux mais aussi des hommes. Une telle vision jette un regard lucide et cru sur la période de Noël qui se réduit trop souvent aujourd’hui à une fête commerciale et gastronomique fondée sur le massacre de sept milliards d'animaux !

C'est ainsi que dans le billet intitulé Noël Évolutionnaire, daté du 23 Décembre 2014, nous analysions le paradoxe selon lequel les fêtes de Noël qui célébraient les forces créatrices de la vie et de la nature, révèlent aujourd’hui toute la morbidité d’un délire marchand fondé sur la souffrance animale. Cette folie consumériste nous a fait totalement perdre le sens cosmique et symbolique des fêtes qui, depuis des temps immémoriaux et bien avant le christianisme, célèbrent le solstice d'hiver. En effet, à travers la victoire de la lumière sur les ténèbres, le solstice d’hiver était traditionnellement l’occasion de célébrer la puissance créatrice de la vie/esprit sur les forces inertielles et destructrices de l'entropie. En suivant les diverses étapes qui furent celles des fêtes païennes, des célébrations chrétiennes et des rituels marchands, nous sommes progressivement passés du cosmique au cosmétique et de l'astronomie à une gastronomie qui, trop souvent, détruit la vie au lieu de la célébrer. Nous sommes passés de la célébration de la foi à celle du foie gras ! 

En réaction à une telle dérive et pour sensibiliser les parisiens à la cause animale, Matthieu Ricard a collaboré avec la pâtisserie Hugo et Victor pour créer une bûche entièrement vegan :  " Ce qui m'a tenté, c'est l'idée de la fête, de la célébration. Le fait que tout le monde, sans exception, puisse se réjouir et parfaitement se nourrir sans que cela soit au prix de la souffrance et de la mort des animaux, me paraissait une belle façon de célébrer Noël."  Une partie des bénéfices tirés de cette opération sera reversée à Karuna-Shechen, l'association de Matthieu Ricard qui offre des prestations de santé et des service éducatifs et sociaux aux populations défavorisées en Inde, au Népal et au Tibet.

Les deux textes que nous vous proposons ci-dessous sont donc l’occasion de réfléchir à la façon dont nous pouvons célébrer la vie durant la période des fêtes en évitant de participer à l’exploitation et à la souffrance animales. C’est aussi l’occasion aussi de réfléchir sur la façon dont cette évolution des sensibilités, fondée sur un profond respect du vivant, correspond et participe à l’émergence d’une nouvelle vision du monde. Une réflexion que nous aurons l’occasion de développer dans notre prochain billet. 

26 ONG lancent un manifeste pour inscrire la condition animale dans le débat politique. Audrey Garric

En France, chaque année, plusieurs milliards d’animaux sont utilisés pour leur chair, leur peau, leur pelage, leur plumage, mais aussi pour l’expérimentation scientifique, le divertissement ou pour tenir compagnie. Pourtant, malgré « l’enjeu sociétal majeur que représente leur sort et la manière dont ils sont traités », « l’engagement des politiques pour améliorer leur situation reste très insuffisant et en décalage avec les attentes de la majorité des Français ». Dressant ce double constat, 26 organisations non gouvernementales (ONG) de protection animale (CIWF, la Fondation Brigitte Bardot, la Fondation 30 millions d’amis, L214, Peta, la SPA, Sea Shepherd, etc.) se sont réunies pour la première fois au sein d’un collectif, baptisé Animal Politique.

Mardi 22 novembre, après six mois de travail, elles ont publié un manifeste du même nom, qui formule 30 propositions visant à inscrire la condition animale dans le débat politique des prochaines échéances électorales. Le document « est destiné aux candidats à l’élection présidentielle et aux élections législatives afin qu’ils prennent publiquement position sur son contenu », écrivent les associations. Les mesures sont classées en six catégories, selon l’usage qui est fait des bêtes – les animaux d’élevage, d’expérimentation, de divertissement et de spectacle, de compagnie, de la faune sauvage – ainsi que leur place dans la société


En ce qui concerne l’élevage, principal mode d’exploitation des animaux – un milliard d’animaux terrestres sont abattus chaque année en France à des fins alimentaires – les associations appellent à « favoriser le plein air » et à « interdire les cages ainsi que les conditions d’élevage incompatibles avec leurs besoins » physiologiques et comportementaux. Elles demandent également la fin des « pratiques d’élevage douloureuses (castration à vif, écornage, gavage) », et donc de la production de foie gras. Les associations souhaitent, en outre, « limiter la durée des transports d’animaux vivants », entre l’élevage et l’abattage, et « mettre un terme à leur exportation hors de l’Union européenne » – chaque année, des dizaines de milliers d’entre eux parcourent des milliers de kilomètres jusqu’à la Turquie souvent sans nourriture ni eau. 

Enfin, sur l’épineux sujet des abattoirs, visés par des enquêtes après les vidéos-chocs de L214 dénonçant des cas de maltraitance, les ONG demandent de « rendre systématique l’étourdissement avant toute mise à mort ». Cette pratique (par électronarcose, par tige perforante ou par gazage), obligatoire en France depuis 1964, fait l’objet d’une dérogation dans le cas de l’abattage rituel. Mais actuellement, ni le culte juif ni le culte musulman ne souhaitent revenir dessus. Elle n’est par ailleurs pas toujours respectée dans l’abattage conventionnel, les images filmées en caméra cachée montrent en effet de très nombreux cas d’animaux saignés en pleine conscience. Dans les autres domaines, les propositions sont tout aussi audacieuses : abolir les corridas et les combats de coqs, interdire la présence d’animaux sauvages et domestiques dans les cirques, reconnaître à l’animal sauvage le statut juridique d’être vivant doué de sensibilité – seul l’animal domestique en jouit actuellement –, réformer la chasse ou encore prohiber la cession d’animaux par les particuliers « sur les sites marchands et les réseaux sociaux » et les euthanasies « non justifiées médicalement ». 

Côté institutionnel, les ONG souhaitent la création d’une autorité administrative indépendante pour favoriser les méthodes de remplacement des animaux dans les protocoles d’expérimentation animale, ainsi que l’institution d’un « organe autonome dédié aux animaux, indépendant du ministère de l’agriculture », à l’image du ministère du bien-être animal en Belgique. Le 18 octobre, une vingtaine de personnalités scientifiques et juridiques – parmi lesquelles la philosophe Élisabeth de Fontenay, le psychiatre et éthologue Boris Cyrulnik, le moine bouddhiste et biologiste Matthieu Ricard – demandaient eux aussi la création d’un secrétariat d’État chargé de la condition animale

"Remettre en question les habitudes et les normes"

Un mouvement pour la cause des animaux est à l’œuvre dans l’Hexagone, porté par nombre d’intellectuels, de scientifiques, d’associations et de citoyens. Les livres et les colloques se multiplient sur le sujet, les cas de maltraitance animale sont vertement critiqués sur les réseaux sociaux, un diplôme universitaire en droit animalier a vu le jour et un parti animaliste a même été créé, le 14 novembre, rejoignant ainsi la quinzaine de partis qui se consacrent à la cause animale dans le monde. 

"Si la prise de conscience est massive, il manque des actions politiques et juridiques concrètes pour la traduire dans les faits", note Lucille Peget, coordinatrice du projet Animal Politique. De fait, en Europe, d’autres pays ont davantage politisé la question du bien-être animal. Elle est par exemple intégrée dans les Constitutions allemande ou autrichienne et le Parti pour les animaux néerlandais, créé en 2002, est représenté au Parlement européen depuis 2014. 

Reste que l’opinion publique est ambiguë sur ces questions. Chez la majorité des Français, chérir les animaux et ne pas leur vouloir de mal n’implique pas forcément de cesser de s’en nourrir, un phénomène théorisé sous le nom de « paradoxe de la viande », qui s’explique par le mécanisme psychologique de la dissonance cognitive. « L’intelligence de l’humain repose sur ses capacités à déconstruire et à remettre en question ses habitudes, ses traditions et ses normes, à évoluer, explique Lucille Peget. Mais on ne peut pas tout changer d’un coup : il serait irréaliste de demander à interdire totalement l’élevage ou l’abattage. » 

« C’est le prochain pas de civilisation, après l’abolition de l’esclavage, de la torture et la reconnaissance des droits des hommes et des femmes, juge Matthieu Ricard, présent lors du lancement du manifeste. Il n’y a aucun argument moral qui ne tienne pour infliger des souffrances non nécessaires et des tortures incessantes à des êtres vivants sensibles. » Et l’auteur de Plaidoyer pour les animaux, végétarien depuis quarante-cinq ans, de poursuivre : « Le nombre de chasseurs a diminué de moitié en vingt ans dans notre pays, plus de 70 % des Français veulent abolir la corrida et les jeunes sont de plus en plus nombreux à être végétariens. Un changement de culture et de société est en cours, même s’il prend du temps. » 

La souffrance d'un animal est plus importante que le goût d'un aliment. Matthieu Ricard

Matthieu Ricard à la conférence de présentation d'Animal Politique

Nous sommes tout, ils ne sont rien. La valeur de la vie humaine est, à juste titre, infinie. La valeur de la vie animale est-elle pour autant nulle ? Chaque heure dans le monde nous tuons 120 millions d'animaux terrestres et marins. Cela fait beaucoup : en une seule semaine, davantage d'animaux tués que toutes les victimes humaines de toutes les guerres ! Nous avons fait d'immenses progrès de civilisation. Nous n'acceptons plus ce qui a pourtant longtemps semblé normal : l'esclavage ou la torture. Nous avons adopté la Déclaration universelle des droits de l'homme. Nous continuons d'améliorer le statut des femmes et des enfants. Nous réduisons la pauvreté dans le monde. 

Mais quand nous en venons aux animaux, le massacre en masse reste la règle. Les 8 millions d'espèces qui peuplent encore notre planète sont nos concitoyens. Ils aspirent à vivre, à éviter la souffrance. Nous aimons les chiens, mais mangeons les porcs et nous nous vêtissons des vaches. Il y a là une incohérence fondamentale. La valeur des vies innocentes est non négociable. Il n'y a aucun excès de sentimentalisme à être choqué par les horreurs révélées par les vidéos tournées dans les abattoirs. Certains affirment que la production de viande est un mal nécessaire. Aujourd'hui, n'étant plus nécessaire, c'est un mal tout court. De fait, tout le monde y perd : la production industrielle de viande est la deuxième cause d'émission de gaz à effet de serre (15 %), après les habitations et avant les transports. Elle entretient la pauvreté dans le monde : 750 millions de tonnes de céréales, qui pourraient nourrir localement un milliard de personnes, sont expédiées d'Amérique latine et d'Afrique vers les pays du Nord, pour nourrir nos animaux destinés à devenir de la viande. Cerise sur le gâteau, plusieurs centaines d'études épidémiologiques montrent que la consommation régulière de viande est nocive pour la santé (source OMS 2015). 

Il m'est arrivé de demander à une assemblée : « Êtes-vous en faveur de la justice et de la morale ? » Tout le monde a levé la main. J'ai demandé ensuite : « Est-il juste et moral d'infliger des souffrances non nécessaires à des êtres sensibles ? » Personne n'a levé la main. En vérité, aucun argument moral ne permet de justifier nos comportements à l'égard des animaux.  Récemment, un dimanche matin un groupe de chasseurs fusil à l'épaule s'était rassemblé sur la place de l'église d'un petit village du sud de la France. Un enfant, fils d'amis, s'arrêta devant eux et leur demanda ingénument : « Vous allez tuer ? » Il n'eut droit qu'à un silence gêné, des sourires de connivence et des regards en coin. Tuer par plaisir, c'est préférer la mort à la vie. Est-ce là ce que l'humanité peut offrir de mieux ? Vingt millions de Français se promènent dans les bois. Il ne reste plus que 1,2 million de chasseurs. Pourtant, ce sont ces derniers qui font la loi. Sont-ils, comme ils l'affirment, les meilleurs protecteurs de l'équilibre biologique ? En 1974, l'interdiction de la chasse dans le canton de Genève fut approuvée par référendum par 72 % de la population. Malgré les cris d'alarme des chasseurs, tout s'est bien passé : la faune du canton a retrouvé sa richesse et sa diversité – fort appréciées par les promeneurs – et son équilibre naturel. Les sangliers et cervidés n'ont pas envahi les forêts et les champs cultivés.

Une Bonne Nouvelle

En incluant tous les êtres sensibles dans le cercle de la bienveillance, nous n'aimons pas moins les humains, nous les aimons mieux, car notre bienveillance est plus vaste. L'association humanitaire que j'ai cofondée, Karuna-Shechen, aide chaque année 300 000 personnes en Inde, au Népal et au Tibet dans le domaine de la santé, de l'éducation et des services sociaux. Le fait de m'occuper aussi des souffrances infligées aux animaux ne diminue en rien ma détermination à soulager les souffrances humaines. Bien au contraire. Et ne pas se soucier des animaux n'améliorerait en rien le sort terrible des victimes d'Alep en Syrie ou du Darfour.

La bonne nouvelle est que le végétarisme et le véganisme sont en plein essor parmi les jeunes. J'ai récemment déjeuné à la cantine de la grande université de Princeton : les 50 premiers mètres du self-service étaient surmontés de panneaux « Végan ». Près de 20 % des étudiants américains sont végans. Cette transition vers une alimentation non-violente est possible et économiquement viable. Considérez votre envie d'un steak saignant : elle aboutit à la production industrielle de viande.

À l'inverse, une pensée de compassion pour les animaux conduit à un monde meilleur et à une économie qui emploie tout autant de personnes, occupées à produire des aliments sans souffrance animale et préférables pour la santé humaine. Nous sommes à court d'excuses. La souffrance d'un animal est plus importante que le goût d'un aliment. La façon dont nous traitons ceux qui sont, comme nous, des êtres sensibles porte dans le monde un message d'obscurité et de mort ou un message de lumière et de vie. 

Ressources 

Animal Politique  Le Manifeste. Trente propositions pour mettre la condition animale au cœur des enjeux politiques.


La souffrance d'un animal est plus importante que le goût d'un aliment  Matthieu Ricard. Le Point

Une bûche signée Matthieu Ricard  Le Figaro -  Karuna-Shechen Association de Matthieu Ricard dédiée aux projets humanitaires dans les régions himalayennes.

A propos du tweet d'Edgar Morin : "L'Humanité est nazie pour le monde animal" lire : Un éternel Treblinka Résumé sur le Site Végétik. et  Eternal Treblinka  Anne Renon. Cahiers antispécistes

Éternel Treblinka de Charles Patterson, présentation de l'éditeur sur Amazon

Charles Patterson : l'abattage, un laboratoire de la barbarie Recension du livre de Charles Patterson : Un éternel Treblinka par Élisabeth de Fontenay dans Le Monde.

Les Cahiers antispécistes Une revue fondée en 1991 pour remettre en cause le spécisme et pour explorer les implications scientifiques, culturelles et politiques d'un tel projet.

La libération animale :  et après ? Conférence en vidéo avec Peter Singer, Matthieu Ricard et Aymerik Caron.  Organisée par L214 et les Cahiers Antispécistes

Plaidoyer pour les animaux  Matthieu Ricard

La littérature et la condition animale. Répliques, une émission d'Alain Fikielkraut. France Culture 

mercredi 23 novembre 2016

La Twittérature d'Edgar Morin


Le temps est venu de changer de civilisation. Edgar Morin 

Edgar Morin

Dans nos précédents billets, nous évoquions le modèle développemental de la Spirale Dynamique fondé sur les notions d’évolution et de complexité. Étymologiquement, la notion de complexité renvoie à ce qui est « ce qui est tissé ensemble (cum-plexus) ». Penser la complexité c’est dépasser le processus de domination abstraite - fragmentant et compartimentant le réel - afin d’envisager toutes situations en terme de relations, de dynamique et de globalité. Penser de manière complexe c’est rétablir de la vie et du mouvement, de l'interaction et l'interconnexion, de l'émergence et de l'innovation créatrice là où les séparations abstraites tendent à réduire la profondeur et la diversité multidimensionnelle du réel à un champ unidimensionnel de déterminations causales et mécanistes.

Âgé de 94 ans, Edgar Morin est connu, en France et dans le monde, comme un des grands penseurs de la complexité. Une majeure partie de son œuvre, dont nous avons rendu compte à plusieurs reprises dans Le Journal Intégral, tend à préciser et à développer ce nouveau paradigme, notamment dans les six tomes de La Méthode. Sur son compte Twitter, Edgar Morin exprime cette pensée en réagissant à l’actualité dans le format des 140 caractères maximum proposé par ce site de micro-blogging. Le succès de cet outil numérique est tel qu'il est à l’origine d’une nouvelle forme littéraire : la Twittérature définie comme l’ensemble des textes littéraires publiés dans Twitter sous forme de "gazouillis" (tweets). 

Dans un long entretien au journal La Tribune publié en Février 2016 et intitulé Le temps est venu de changer de civilisation, Edgar Morin évoque « la seule transformation véritable et durable qui soit : celle des mentalités… Seule une prise de conscience fondamentale sur ce que nous sommes et voulons devenir peut permettre de changer de civilisation… Et d'ailleurs, c'est aussi parce que nous manquons de spiritualité, d'intériorité, de méditation, de réflexion et de pensée que nous échouons à révolutionner nos consciences.»

Tout au long de l’année 2016, face à la montée d’une barbarie aux deux visages, celui du fanatisme religieux et du fondamentalisme marchand, Edgar Morin va évoquer dans ses tweets ce changement de civilisation qui passe par une véritable transformation des mentalités vers une pensée systémique et intégrative au cœur de la complexité. Ceux qui ont lu les billets précédents reconnaîtront parfaitement dans cette transformation le passage à la Seconde Phase de la Spirale Dynamique.

Barbarie versus Complexité


Edgar Morin a inauguré l’année 2016 par un tweet où il citait une phrase du philosophe Michel Henry qui pouvait déconcerter dans son contenu comme dans sa forme : « La nouvelle barbarie est de connaître de façon géométrico-mathématique un univers réduit à des phénomènes matériels objectifs. » Ce tweet a été à l’origine du second billet du Journal Intégral en 2016, intitulé Penser la Barbarie. L’occasion pour nous d’évoquer l’œuvre de Michel Henry et en particulier son ouvrage La Barbarie, paru en 1987, dans lequel il analyse l'hégémonie mortifère d’une techno-science qui déshumanise le monde en faisant abstraction de la vie, de ses propriétés sensibles et affectives. Pour Michel Henry, les conséquences de cette barbarie sont effrayantes : « En aucun temps, en aucun lieu, l’aliénation de l’être humain n’a été aussi complète, si être aliéné c’est être devenu étranger à soi-même. » 

Dans son entretien à la Tribune, Edgar Morin évoque deux types de barbarie qui coexistent et parfois se combattent : « Le premier est cette barbarie de masse aujourd'hui de Daech, hier du nazisme, du stalinisme ou du maoïsme. Cette barbarie, récurrente dans l'histoire, renaît à chaque conflit, et chaque conflit la fait renaître… Ce qui distingue la première des quatre autres qui l'ont précédée dans l'histoire, c'est simplement la racine du fanatisme religieux. Le second type de barbarie, de plus en plus hégémonique dans la civilisation contemporaine, est celui du calcul et du chiffre. Non seulement tout est calcul et chiffre (profit, bénéfices, PIB, croissance, chômage, sondages...), non seulement même les volets humains de la société sont calcul et chiffre, mais désormais tout ce qui est économie est circonscrit au calcul et au chiffre… Cette vision unilatérale et réductrice favorise la tyrannie du profit, de la spéculation internationale, de la concurrence sauvage. 


La connaissance est aveugle quand elle est réduite à sa seule dimension quantitative et quand l'économie comme l'entreprise sont envisagées dans une appréhension compartimentée. Or les cloisonnements imperméables les uns aux autres se sont imposés. La logique dominante étant utilitariste et court-termiste, on ne se ressource plus dans l'exploration de domaines, d'activités, de spécialités, de manières de penser autres que les siens, parce qu'a priori ils ne servent pas directement et immédiatement l'accomplissement de nos tâches alors qu'ils pourraient l'enrichir… On croit que la seule connaissance "valable" est celle de sa discipline, on pense que la notion de complexité, synonyme d'interactions et de rétroactions, n'est que bavardage. Faut-il s'étonner alors de la situation humaine et civilisationnelle de la planète ? Refuser les lucidités de la complexité, c'est s'exposer à la cécité face à la réalité

Le seul véritable antidote à la tentation barbare, qu'elle soit individuelle et collective, a pour nom humanisme. Ce principe fondamental doit être enraciné en soi, chevillé au fond de soi, car grâce à lui on reconnaît la qualité humaine chez autrui quel qu'il soit, on reconnaît tout autre comme être humain. Sans cette reconnaissance d'autrui chère à Hegel, sans ce sens de l'autre que Montaigne a si bien exprimé en affirmant "voir en tout homme un compatriote", nous sommes tous de potentiels barbares... Partout, des formations convivialistes assainissant et "réhumanisant" les rapports humains, irriguent le territoire, revivifient responsabilités individuelles et démocratie collective. Réforme personnelle et réforme sociétale - c'est-à-dire politique, sociale, économique - s'entendent de concert, elles doivent être menées de front et se nourrissent réciproquement. Les signaux sont faibles et disséminés, mais ils existent, et c'est sur eux que l'espoir doit être fondé. » 

Une pensée intégrative et systémique

Cette transformation des mentalités évoquée par Edgar Morin évoque, pour qui en est informé, le passage à la Seconde Phase de la Spirale Dynamique que nous venons d’aborder dans un précédent billet. Dans "Le monde change… et nous ?" Jacques Ferber et Véronique Guérin définissent ainsi le mème Jaune de la Spirale Dynamique comme le domaine d’une pensée intégrative-systémique dont Edgar Morin est un des porte-paroles : « Le stade Jaune, adaptatif-intégrateur, constitue le premier niveau du second cycle. Il invite à sortir de l’opposition pour mettre en relation les différents apports des courants. Sur le plan cognitif, ce stade introduit la pensée des cycles et des processus, là où le premier niveau portait essentiellement sur une pensée causale. C’est la pensée systémique qui est en œuvre, au sens où l’entendent les théoriciens de la complexité… 

Le modèle développemental de la Spirale Dynamique

Le monde, dans sa complexité, requiert une prise en compte adaptée que les premiers niveaux de la spirale ne peuvent lui fournir. C’est le domaine de la pensée intégrative-systémique. Cette intégration, E. Morin l’appelle « pensée dialogique » : elle articule les aspects logiques et objectifs de l’Orange avec la pensée pluraliste et subjectiviste du niveau Vert et relie des domaines auparavant distincts, voire opposés : science et spiritualité, technologie et écologie, vécu individuel et savoir universitaire, morale et expression corporelle, etc… Sur le plan de la pensée, ce passage au niveau intégrateur constitue une forme de Renaissance, comme ont pu l’incarner en leur temps G. Bruno, L. de Vinci ou Pic de la Mirandole, c’est-à-dire des artistes et des penseurs développant une pensée à la fois scientifique et spirituelle. » 

Nous vous proposons ci-dessous une sélection des "gazouillis" dans lesquels Edgar Morin commente l’actualité et partage ses réflexions sous forme d’aphorismes et de formules synthétiques qui permettent d’appréhender sa vision du monde d’une manière plus directe et immédiate que dans ses livres ou ses livres. 

Edgar Morin. Twittérature 2016 


L'humanité est comme un kamikaze qui court vers sa perte avec une ceinture d'explosifs. 

Le trou noir par lequel notre civilisation pourrait s'effondrer est l'absence de pensée. 

Ils ont admirablement analysé l'accessoire, ils sont assez lucides sur tout ce qui est secondaire, ils sont aveugles sur le principal. 

Jusqu'où iront les révoltes aveugles contre les élites aveugles ?

La carence de la pensée qui compartimente les savoirs sans pouvoir affronter les problèmes globaux et fondamentaux, stérilise la politique. 

Il y a une forte croissance, c'est vrai, mais seulement du crétinisme. 

La régression progresse...


Nous avons déconstruit l’être humain, Il faut à présent déconstruire la déconstruction et retrouver l’être humain dans sa complexité. 

Comment concerter progrès technologique et progrès humain tant que les dynamiques de l'un et de l'autre sont de plus en plus dissociées? 
 
Notre logique ne fonctionne que pour des bouts de réalité que nous avons découpés et compartimentés. 

Le oui ou non est bon pour la décision et l'action. Le oui et non est pour la connaissance et la pensée.

La spécialisation doit-elle se payer par une parcellisation absurde où la connaissance se disloque en mille savoirs clos? 

Ma raison m’enseigne que la raison ne peut tout comprendre : ma raison me conduit à ses limites, c’est à dire aux bords du mystère. 

Comprenons enfin que nous sommes confrontés à l'incompréhensible.

Deux ennemis de la pensée: la disjonction qui sépare l'inséparé; la réduction qui croit connaitre un tout complexe à partir d'un élément. 


L'important n'est pas le tout, ni les parties, c'est les relations entre le tout et les parties. 

La connaissance ne peut être complète, mais elle peut être complexe. 

La rationalisation de la vie humaine est une des formes contemporaines de la folie.

Dès qu'un sujet humain est vu à travers des chiffres, il devient objet. 

La sociologie est un art qui se voudrait science.

L'ennemi intérieur de la rationalité est la rationalisation dont la cohérence logique manque de base dans la réalité. 

La mètrise conduit à la maitrise (Michel Serres), ce à quoi il faut ajouter qu'elle conduit aussi à la méprise et au mépris du non mesurable. 

Plus je sais plus je m'étonne... 

Les sciences, en cherchant à tout élucider, nous ont montré que nous vivions au sein d'un mystère gigantesque. 

L’allumette qu’on allume dans le noir ne fait pas qu’éclairer un petit espace, cet éclairage révèle l’énorme obscurité qui nous entoure. 

Ce qui m'étonne c'est qu'on s'étonne si peu de notre cerveau, de notre vie, de notre univers.

La philosophie nait de l'étonnement mais ne doit pas supprimer l'étonnement.

Tout est étonnant, à commencer par l'étonnement. 

N'est-ce pas étonnant que les esprits humains aient secrété des Dieux qui les asservissent? 


Les idéologies d’émancipation ont été souvent d’excellents instruments d’oppression. 

Nous pouvons parfois libérer autrui de ce ou ceux qui l'oppriment, mais nous ne pouvons le libérer de lui-même. 

Les aspirations sont là, la révolte est là, mais la pensée pas encore (Nuits Debout).

Les Nuits Debout pourraient être enceintes d'un jour nouveau. 

C'est dans les périodes de désespérance que surgissent les espérances les plus folles. 

Les fainéants de l'esprit et les drogués du conformisme ne voient dans Nuit Debout que fainéants et drogués. 

La plupart des esprits sont pré-coperniciens, se situent au centre du monde et le soleil tourne autour d'eux. 

La mondialisation, loin de créer l'humanisme planétaire, favorise le cosmopolitisme du business et les retours aux particularismes clos. 

L'humanisme régénéré comporte la conscience que chacun n'est qu’une infime parcelle d’un gigantesque continuum qui a pour nom humanité. 

Chacun oublie sans cesse qu'il n'est qu'un moment fugitif et fragile dans l'incroyable aventure de l'humanité. 

L'évolution : « une création continue d'imprévisible nouveauté » (Bergson) C'est notre espoir pour l'avenir de l'humanité. 

Le métanthrope ou cosmopithèque est-il désormais l’avenir de l’homme ? 

A travers quelques-uns l'humanité se tient éveillée. 

C'est en ressuscitant nos ascendants en nous-mêmes que nous vivons nos propres vies. 


En période de crise, les humains révèlent soit le meilleur, soit le pire d'eux-mêmes. 

Certains qu'on perçoit orgueilleux, hautains, méprisants sont en fait de grands timides. Un des ravages de l'incompréhension humaine.

Quand nous pensons à ce que l'argent a fait pour nous, pensons à ce que l'argent a fait de nous. 

Les esprits vils attribuent des pensées viles à autrui. 

Ce que j'ai fait de bien m'a fait beaucoup de tort.

La haine, en supprimant toute humanité à celui qui est haï, enlève toute humanité à celui qui hait.

Aujourd’hui bien des possibles sont impossibles, demain bien des impossibles deviendront possibles.

Le vrai réalisme n'est pas la soumission à ce qui est, il tient compte du changeant et du possible. 

Ressources



La pensée complexe Wikipédia 

Dialogique  Réseau Intelligence de la Complexité

Twittérature  Institut de Twittérature comparée

" Le monde change... et nous ? " de Jacques Ferber et Véronique Guérin (1) et (2



jeudi 10 novembre 2016

Psychologie Evolutionnaire


L’avenir est un présent que nous fait le passé. André Malraux 

 Photo Juan Asensio - Blog Stalker

Dans notre précédente série de quatre billets sur La Spirale Dynamique, nous avons évoqué ce modèle théorique qui décrit les systèmes de valeurs et les visions du monde associés aux divers stades du développement humain au cours de l'évolution. Après une recherche approfondie, Clare Graves, l'inspirateur de ce modèle, a conclu que chaque individu traverse au cours de son développement les principales étapes évolutives des sociétés humaine. Selon lui, il existe un rapport précis entre la sociogenèse - l'évolution socio-culturelle des sociétés à travers les âges - et la psychogenèse, le développement psychologique des individus.

Contrairement à une psychologie pseudo-scientifique et réductionniste qui réifie la psyché en considérant l’identité et la maturité psychique comme des entités abstraites et statiques, cette psychologie "évolutionnaire" considère la vie – et la psyché qui en est l’expression – comme un processus en développement continu qui se manifeste à travers une série de stades évolutifs de plus en plus complexes et intégrés. Pour Clare Graves, la maturité psychique n'est pas un état  mais une dynamique sans fin : " En résumé, je propose que la psychologie de l'être humain mature soir un processus émergent et oscillant, qui se déploie en spirale, et qui est caractérisé par la subordination progressive des systèmes de comportement plus anciens d'ordre inférieur par des systèmes plus complexes d'ordre supérieur, au fur et à mesure que les problèmes existentiels de l'être humain changent." 

Dans la perspective de ce changement de paradigme, notre identité profonde... c’est la métamorphose. Acteur de ce Grand Récit qu'est l'évolution, l'individu co-évolue en interdépendance avec un milieu naturel et cosmique, technique et culturel, social et familial. Inscrit dans la profondeur temporelle d'une mémoire généalogique, il peut s'y adosser pour participer de manière créatrice à la dynamique de l'évolution dans un contexte historique donné. Polarisée entre mémoire et développement, cette situation évolutive est ainsi résumée par Malraux : "L'avenir est un présent que nous fait le passé". 

Pour mieux saisir la relation fondamentale et fondatrice entre sociogenèse et psychogenèse, nous vous proposons un texte où Sonia Fath décrit les divers stades du développement individuel à partir de la Spirale Dynamique. Sonia Fath est l'auteur d'un blog de formation à la Spirale Dynamique intitulé Cercle Jaune Plus où l'on peut lire de nombreux textes intéressants à ce sujet. Dans celui que nous vous proposons, elle montre comment chaque individu rejoue au cours de son développement les grandes étapes traversées par les sociétés humaines au cours de l'évolution. 

P.S : Ceux qui ne connaitraient pas le modèle de la Spirale Dynamique et ses différents systèmes de valeurs identifiés par un code couleur peuvent notamment se référer à nos quatre derniers billet et notamment à celui intitulé La Spirale Dynamique : un modèle évolutionnaire.

Psychogenèse et Sociogenèse 


Dans leur ouvrage de référence La Spirale Dynamique. Comment les hommes s’organisent et pourquoi ils changent. Fabien et Patricia Chabreuil éclairent ainsi le rapport entre sociogenèse et psychogenèse : « En 1806, le biologiste et philosophe allemand Ernst Haeckel (1834-1919) formulait une loi biologique selon laquelle l’ontogenèse récapitulait la phylogenèse. En observant les étapes du développement de l’embryon humain (l’ontogenèse), il avait eu l’impression qu’il reproduisait dans le même ordre les stades de l’évolution des espèces. Par exemple, il existe un moment où l’embryon possède un système ressemblant aux branchies de nos lointains ancêtres, même s’il n’a pas la même fonction. On sait aujourd’hui que la théorie de la récapitulation n’est pas à prendre au sens strict et qu’il n’y a pas de correspondance littérale entre les deux phénomènes, ce qui n’empêche pas cette théorie d’être au moins partiellement fructueuse. 

On peut la considérer comme une conséquence indirecte de la notion d’holarchie. Dans la mesure où n’importe quel niveau transcende et inclut tous les niveaux précédents, il se construit à partir d’éléments existants qu’il conserve au moins en partie. La Spirale Dynamique étant aussi une holarchie, il n’est pas étonnant d’y retrouver un principe similaire. On pourra dire, avec les mêmes précautions qu’en biologie, que la psychogenèse récapitule la sociogenèse, c’est-à-dire que, d’une certaine manière, le développement d’un individu reprend les différentes phases de développement des sociétés humaines. Là aussi, il ne s’agit pas d’une équivalence absolue, mais de la mise en place de mécanismes de base permettant l’émergence de structures plus complexes, s’appuyant sur eux. Les valeurs de base sont les mêmes, mais les valeurs de surface sont bien différentes. » 

Notre vie sur la spirale. Sonia Path


Note du Journal Intégral : Dans leur ouvrage Spiral Dynamics, Don Beck et Christopher Cowan utilisent le terme vMème avec un petit 'v' en exposant. Comme se petit 'v' signifie valeur, soit value en anglais, Sonia Path a crée le terme "valmème" qui équivaut au terme "mème" utilisé dans nos précédents billets sur la Spirale Dynamique. L'auteure a traduit le terme anglais Purple par Pourpre alors qu'il est traduit par Violet dans les billets précédents du Journal Intégral.

Beige

Quand nous sommes nés, BEIGE domine la vie du nouveau-né à un moment où ses seules préoccupations semblent être de dormir, de profiter de la douceur du sein maternel et d’absorber la quantité nécessaire de lait. Cette phase est brève et on n’a que très peu d’informations sur elle autres que biologiques. 

Pourpre

Dès l’âge d’un mois, le bébé quitte le statut de nouveau-né pour celui de nourrisson. C’est dès ce moment que POURPRE commence à apparaître. Peu à peu, il devient conscient de la présence ou de l’absence de sa mère, et il se met en place des premières relations de cause à effet : tel comportement provoque son retour et de la nourriture, de l’attention ou de l’affection. La coupure, même très temporaire, de ce lien est une source forte d’anxiété et généralement vers quatre mois, le bébé commence à utiliser un objet transitionnel, le fameux doudou ou la peluche qui l’accompagnera pendant une bonne partie de son enfance et jouera des rôles divers selon les niveaux de la Spirale Dynamique. L’objet transitionnel est investi d’un pouvoir symbolique et magique permettant d’assurer la sécurité.

 Plus tard, vers douze ou quinze mois, le langage fait son apparition et au début, les termes employés sont souvent liés aux deux premiers niveaux d’existence et concernent le bien-être physique et la famille : dans toutes les cultures, « maman » est un des premiers mots dits par l’enfant. POURPRE joue un rôle majeur dans toute la petite enfance où le nourrisson vit dans un monde magique. Les animaux parlent, et on peut échanger avec eux. Les contes dits le soir avant le sommeil sont un plaisir inépuisable, et peu importe si la même histoire est racontée des dizaines de fois.


Le sentiment de sécurité ou d’insécurité que l’enfant développe pendant cette phase POURPRE l’accompagne pendant toute sa vie. Selon les cas, il conserve les aspects positifs de ce valmème que sont le partage et l’attachement aux liens familiaux ou il en garde des aspects plus négatifs comme une certaine forme de crainte ou de superstition. En mettant l’enfant très jeune en crèche ou en nourrice et en multipliant les familles monoparentales ou recomposées, notre culture ORANGE crée souvent une perturbation de la mise en place de POURPRE malgré les efforts et les soins des parents : il n’est d’ailleurs pas étonnant qu’en compensation, c’est en ORANGE que sont apparus à la fois la thérapie, le coaching ou le développement personnel qui aident à corriger le problème, et de grandes industries de réactivation de POURPRE dont les productions Walt Disney sont sans doute le meilleur exemple. 

Rouge

Vers l’âge de deux ans, parfois plus tôt, le caractère de l’enfant change brusquement. Le plus doux des bambins devient un petit démon qui s’oppose à sa famille de toute son énergie. C’est la première grande crise de l’éducation que certains ont appelé la « petite adolescence ». L’enfant découvre le mot « non » et l’emploie dans toutes les situations et dans toutes les variantes : non au bain, non au repas, non au coucher, etc. Quand il veut quelque chose, il l’exige, quitte à le réclamer cinquante fois de suite et à se rouler par terre en hurlant dans une immense colère si les parents osent résister. Ce genre de crise est encore meilleure en public ; car elle est une démonstration de force pour l’enfant et qu’elle active bien souvent chez les parents la honte qui est un des moteurs de ROUGE. Quant aux règles familiales ou sociales existantes, elles sont faites pour être transgressées, et jeter des aliments, dessiner sur les murs et renverser l’eau du bain, en regardant les parents bien droit dans les yeux pour qu’ils comprennent bien la provocation, fait partie des joies de l’existence ! 


Le psychanalyste américain d’origine hongroise, René A. Spitz (1887-1974), a appelé cette période le stade du non et la considère comme le troisième indicateur du développement psychique de l’enfant (1). Il estime que la capacité de s’obstiner que l’enfant développe alors est le fondement de la communication humaine. En disant non, l’enfant apprend à juger, à exercer sa volonté et s’affirmer en tant que personne. Étape cruciale du développement de l’enfant nécessitant, de la part des parents, un subtil sens de l’équilibre, ROUGE est le moment où se bâtissent confiance en soi et assertivité. Si l’enfant est laissé trop libre d’exprimer le valmème, il risque de conserver une agressivité excessive et un sentiment que tout lui est dû. Inversement, s’il est trop contraint, il peut manquer durablement de capacité de décider, de s’affirmer et de maintenir une frontière psychologique et/ou physique saine entre lui et les autres. 

Bleu

A partir de l’âge de trois ans au plus tôt, plus fréquemment vers cinq ou six ans, commence une nouvelle phase du développement de l’enfant caractérisé par l’intégration de règles et la définition de limites. Les psychanalystes parlent de définition du Surmoi. Cette étape est celle de l’élaboration d’une structure morale de la psyché avec la découverte des concepts de bien et de mal ; parallèlement, l’enfant accepte les notions de récompense et de punition. Un ensemble de lois idéalisées est assimilé à partir des modèles que constituent les parents et des structures sociales comme la crèche ou l’école et en fonction de leur efficacité à provoquer un satisfecit et à éviter un châtiment de la part d’autrui. Fautes de capacités cognitives suffisantes, jusqu’à l’âge d’environ neuf ou dix ans, les règles sont considérées comme intangibles. Elles ne peuvent être modifiées et s’appliquent à tous. C’est la période où l’enfant fait la morale à ses parents et leur reproche leur façon de se conduire, les pousse à cesser de fumer, etc. Il respecte l’autorité, parfois plus celle de la télévision ou de l’instituteur que celle des parents.


Cette phase est un des grands derniers moments délicats pour les parents (2). Elle comporte trois pièges principaux. D’abord, BLEU ne doit pas démarrer trop tôt. Cela empêcherait la mise en place saine du niveau ROUGE et de l’indispensable sens de soi qu’il apporte. Ensuite, il s’agit de trouver un équilibre entre le trop et le trop peu. Trop de règles trop rigides, c’est le sacrifice exagéré du soi. L’enfant est obligé à l’excès de refouler ou de dissimuler certaines attitudes et d’en forcer ou amplifier d’autres. Il en résulte des souffrances psychologiques personnelles et un faux respect d’autrui générateur de problèmes de communication. A l’inverse, une absence d’interdits ne construirait pas un être libre, mais un adulte esclave de ses pulsions et durablement coincé en ROUGE avec tous les risques personnels et sociaux que cela implique. Enfin, les parents peuvent accompagner la sortie de BLEU afin de permettre la meilleure individuation possible de l’enfant. Trop tôt, cela le déstabiliserait inutilement par manque des repères nécessaires à l’équilibre de la personnalité ; trop tard, cela ne ferait que produire un manque de valorisation de soi et/ou créer des frustrations qui aggraveraient la crise de l’adolescence et son retour temporaire en ROUGE. 

Orange 

Dans nos cultures occidentales, les valmèmes précédents se mettent en place à des âges semblables chez la plupart des enfants. Sans doute parce qu’il est très récent, ce n’est pas le cas pour ORANGE. Certes, celui-ci imprègne tellement nos sociétés que toute personne en a au moins des traces, mais il existe un nombre non négligeable d’individus qui ne culminent jamais à ce niveau et se stabilisent en BLEU, voire en ROUGE. 

Le plus souvent, ORANGE commence à s’installer à partir de la crise de l’adolescence qui a été une contestation des règles familiales et sociales centrées en BLEU ou du premier job d’été qui apporte un peu d’autonomie ; il devient le niveau d’existence dominant au début de la vie active. Pour certaines personnes, c’est plus tard qu’a lieu ce changement. La difficulté potentielle liée à ORANGE est de vouloir qu’il démarre trop tôt. La plupart des parents sont conscients de l’extrême compétition qui existe dans nos sociétés ORANGE, et ils souhaitent que leurs enfants y réussissent le mieux possible. Cela conduit certains d’entre eux à les pousser dans une série d’activités qui n’est pas compatible avec leur développement cognitif et psychologique. 


Si en Chine, l’enseignement est gratuit et obligatoire, il existe, dès le primaire, des écoles privées fort coûteuses où l’enfant est assuré d’avoir les meilleurs professeurs, et d’être en relation avec les futurs dirigeants politiques et économiques du pays. Pour accéder à ces écoles, il faut réussir un concours d’entrée. Voici un exemple de question posée à des enfants de six ans : vue dans un miroir votre montre indique 1h15 ; quelle heure sera-t-il dans une heure trente ? Les enfants suivent donc des cours particuliers intensifs avant d’entrer au primaire, comme ils continueront à en suivre les années suivantes en plus des cours et pendant les vacances. 

La Fastrackids Academy propose encore mieux : un ‘MBA précoce’ pour enfants de trois à six ans ! A raison de deux heures de cours chaque jour, samedis et dimanches inclus, les bambins participent à des enquêtes de marketing fictives et élaborent des stratégies publicitaires « afin de mieux comprendre leur impact économique au quotidien ». Ils utilisent une simulation informatique pour gérer une ferme de manière à rendre l’élevage des moutons le plus rentable possible. Il existe déjà cinq écoles de ce type en Chine, et neuf autres devraient ouvrir prochainement. Les parents sont nombreux à vouloir une place pour leurs enfants : 60% des Chinois des grandes villes dépensent un tiers de leurs revenus pour l’éducation de leurs enfants. Ils espèrent que de telles écoles permettront à leur progéniture de sortir du lot quand il s’agit de trouver un emploi. 

Si on ne laisse pas chez un enfant le temps à BLEU de s’installer et de maîtriser les excès de ROUGE, il est illusoire de croire qu’il peut développer ORANGE. On n’obtient en fait chez lui qu’une variante de ROUGE et on le prépare à de graves difficultés d’intégration sociale. 

Vert 

Dans les pays dans lesquels VERT est fort, le valmème commence à émerger dès le début de l’âge adulte. Il faut dire que l’environnement social et notamment le système scolaire y prépare les jeunes dès l’enfance. Dans les pays culminant en ORANGE ou avant sur la Spirale Dynamique, il n’y a pas de constante sur les éléments qui font basculer une personne vers VERT, ni sur l’âge auquel cela se produit. Chaque individu peut voir ses conditions de vie évoluer d’une manière particulière et réagit en conséquence. 


Cependant, la multiplication du discours médiatique sur les problèmes environnementaux et sur l’accroissement des inégalités fait que ce changement a lieu de plus en plus tôt. Les cas les plus fréquents sont toutefois le passage vers la quarantaine, la fameuse crise de la « middlescence », ou au jeune âge adulte comme dans les pays centrés sur VERT : les jeunes diplômés sont de plus en plus nombreux à chercher à travailler dans des ONG. « A peine sortis de Polytechnique, d’HEC, de Sciences PO, de l’Essec, ou après quelques années en entreprise, ils frappent à la porte des associations caritatives. Renonçant à des carrières prometteuses et des salaires élevés, cette « génération humanitaire » se met au service des déshérités ou de la planète en danger. » 

Ce mouvement est de grande ampleur. Martin Hirsch, ancien président d’Emmaüs France qui sort d’ailleurs de Science Po et de l’ENA, se dit « submergé » par les candidatures. Philippe Lévêque, directeur général de Care France et ancien d’HEC, a dans son équipe un tiers de diplômés de grandes écoles de commerce. Ceux qui ont tenté cette aventure sont ravis : « Aujourd’hui j’aide les gens en difficulté, une vraie motivation. Je ne travaille plus pour renforcer la rentabilité d’un groupe. » Ces jeunes sont informés des problèmes du monde. Ils veulent agir pour réduire les inégalités et sont prêts à s’engager dans des parcours atypiques.

 Jaune et Turquoise 

Aujourd’hui, les individus ayant atteint le niveau JAUNE l’ont forcément fait au cours de leur âge adulte, dans des conditions de vie très particulières : il faut qu’ils aient rejeté ORANGE, puis qu’ils aient adhéré à VERT et l’aient expérimenté et rejeté à son tour, enfin qu’ils aient acquis les modes de pensée et de fonctionnement de JAUNE ! C’est relativement rare et lié à une histoire de vie particulière. Rien ne permet donc aujourd’hui d’imaginer quand et comment se mettra en place JAUNE dans le développement psychologique des individus lorsque ce valmème sera répandu et concernera une part significative de la société. 


La situation est ici la même que celle que nous avons décrite pour JAUNE, mais en pire. Pour qu’un individu atteigne TURQUOISE dans un monde qui est encore dominé par BLEU et ORANGE, il faut qu’il ait vécu et rejeté ORANGE, puis qu’il ait traversé une phase en VERT, avant de la quitter pour découvrir et expérimenter JAUNE, et enfin qu’il ait perçu les limites de ce dernier pour passer au suivant ! Avec de telles conditions, ce qui est étonnant c’est que Graves en ait rencontré six. 

(1) Les deux autres sont l’apparition du sourire à la vue d’un être humain vers deux mois (correspondant au début de la sortie de BEIGE), et l’anxiété et le repli en présence d’une personne inconnue vers huit mois (correspondant à POURPRE) 

(2) Une fois passé BLEU, l’éducation des enfants est plus faite par leurs pairs, l’école ou la société que par les parents eux-mêmes. 

Ressources 

Notre Vie sur la Spirale  Sonia Path. Blog Cercle Jaune Plus

Cercle Jaune Plus Blog de formation en Spirale Dynamique et laboratoire d'idées alternatives écrit par  Sonia Path 

Spiral Dynamics : Mastering values, leadership and change. Don Beck et Christopher Cowan


Dans Le Journal Intégral : Psychothérapie intégrative (1) et (2) - De la Chenille au Papillon

La Spirale Dynamique (1) - La SD (2) Évolution et Complexité - La SD (3) Un modèle évolutionnaire - La SD (4) Vers la Seconde Phase

La Spirale Dynamique à la première personne -

jeudi 27 octobre 2016

La Spirale Dynamique (4) Vers la Seconde Phase


Aller toujours plus avant dans l'élargissement de soi-même aux dimensions de l'infini. Raphaëlle Rérolle 


L’intérêt des modèles développementaux en sciences humaines est, entre autres, d'éclairer d'un jour nouveau la profondeur et la complexité de certains phénomènes sociaux et culturels. La compréhension des différents stades du développement humain et des visions du monde associées permet de décrypter les dynamiques à l'origine de nombreux phénomènes actuels comme le "choc des civilisations", le relativisme post-moderne, le succès des mouvements populistes, l'émergence de nouveaux paradigmes, l'évolution des religions ou la crise systémique du modèle occidental, par exemple.

Comprendre ces dynamiques ce n'est plus subir l'évolution du monde mais l'accompagner en y participant de manière créative dans des  sociétés de l'information en mutation constante et en complexité croissante. Les modèles développementaux tels que la Spirale Dynamique permettent de considérer hommes et sociétés comme des organismes vivants en évolution, animés pas des valeurs qualitatives, plutôt que des structures abstraites régies par des lois mécaniques comme le suppose le paradigme technocratique dominant... d'ores et déjà dépassé.

Nous proposons dans ce billet la troisième et dernière partie de l’entretien donné à l’automne 2002 par Don Beck, co-créateur du modèle de la Spirale Dynamique, au magazine américain What is Enlightenment ? En se référant au modèle de la Spirale Dynamique, Don Beck y évoque le narcissisme des baby-boomers identifié au « mauvais mème vert », il analyse la mutation actuelle des mentalités qui naît de la nécessité de s’adapter à un monde changeant à une vitesse exponentielle, il décrit le saut évolutif vers la seconde phase de la spirale dynamique annoncée ainsi par Clare Graves : " Les humains doivent se préparer à un saut important... Ce n'est pas simplement une transition vers un nouveau niveau d'existence mais le début d'une nouveau "mouvement" dans la symphonie de l'histoire humaine.

Ce billet est la suite des trois précédents qu'il faut avoir lus pour comprendre et intégrer celui-ci.

La Spirale de l'évolution. Une quête infinie vers le haut (4) Jessica Roemischer

Le " Mauvais Mème Vert " 


Wath Is Enlightenment ? : Docteur Beck, mon " centre de gravité " mémétique est certainement dans le VERT. Et je ne suis pas la seule : le mème VERT est une grande tendance de la culture occidentale d'aujourd'hui, et il est pour beaucoup, comme pour moi-même, le paradigme conceptuel et psychologique dominant. 

DB : Comme je l'ai dit, le VERT est une étape essentielle vers le JAUNE et la Seconde Phase, mais son coût est élevé : il absorbe plutôt qu'il ne contribue.

WIE : Pourquoi dites-vous que le VERT est coûteux ? 

DB : Parce qu'il en coûte de donner à tous sans demander d'autre contribution que de tendre la main. La plupart des nobles programmes de " Grande Société " n'ont pas fonctionné, et ceux qui ont essayé le socialisme dans leur version du code " vert " se sont aperçus que ce n'est pas la réponse non plus. 

WIE : Et que voulez-vous dire quand vous dites que le VERT " absorbe plutôt qu'il ne contribue " ? 

DB : Il utilise les ressources que l'ORANGE a construites, mais comme il méprise l'ORANGE, il tourne le dos à la croissance. De son point de vue, la croissance et la consommation sont mauvaises. Il veut utiliser les ressources déjà disponibles et les redistribuer de telle sorte que tout le monde puisse en profiter. Le VERT est un système merveilleux, mais, ironie de l'histoire, il suppose que tout le monde possède le même niveau d'opulence que lui.

WIE : Je reconnais certainement cela dans ma propre expérience : mon bon niveau de vie me permet d'être très satisfaite de moi et très égalitaire en même temps ! 

DB : Exact. Seules ces personnes qui ont réussi dans l'ORANGE qui ont un confortable compte en banque, qui ont quelque garantie de survie, qui n'ont pas le loup à la porte vont se mettre à penser VERT. Malheureusement, quand le VERT se met à lancer ces attaques contre les niveaux mémétiques BLEU et ORANGE, les bonnes sœurs qui vous tapent sur les doigts et les gros chats dans leurs suites présidentielles, c'est comme quelqu'un qui grimpe sur le toit de la maison puis jette l'échelle qui l'y avait mené. 

WIE : Quels sont les effets visibles de l'expression négative du mème VERT ? 

DB : Malheureusement, ce que fait cette version négative du VERT est de détruire la capacité des systèmes économiques et sociaux de l'ORANGE et du BLEU à réellement traiter les lacunes que le VERT a lui-même identifiées. Il détruit les structures économiques de l'ORANGE. Et il détruit aussi les systèmes autoritaires du BLEU, qui sont nécessaires pour contrôler le ROUGE, comme nous pouvons le voir trop clairement aujourd'hui dans l'exemple du Zimbabwe. Par conséquent, il devient contre-productif. Il fait empirer les choses. Il soulage le ROUGE de la responsabilité d'apprendre la discipline et de se donner un but dans le BLEU-ORANGE, car il aime les peuples indigènes, mais a tendance à leur attribuer une plus grande complexité en les voyant comme " nobles sauvages ". 

Avec la destruction des systèmes autoritaires et purificateurs du BLEU et de l'ORANGE, il y a déferlement du comportement ROUGE indiscipliné, égocentrique et impulsif dans la zone VERT, aussi bien en nous-même que dans nos sociétés. Et c'est ce mélange malsain de ROUGE et de VERT, dans lequel un narcissisme égocentrique fort se combine avec des discours pontifiants sur l'humanité et l'égalité, qui devient le terreau de ce que Ken Wilber et moi-même appelons le " Mauvais Mème Vert " ou " boomeritis ", ainsi appelé parce que la génération d'après-guerre (la génération du baby boom) a été la première à entrer dans le mème VERT en masse.

WIE : Le livre de Ken Wilber, Boomeritis, m'a certainement aidée à réaliser que j'étais, en effet, infectée par ce " virus " post-moderne ! 

DB : Vous voyez, toute l'idée du " Mauvais Mème Vert " repose sur une stratégie rhétorique. Ken et moi nous sommes demandés : comment décoiffer le VERT ? Comment le faire bouger ? Parce qu'une grande partie de ce mouvement n'est plus qu'un marais stagnant, à notre avis. Donc, nous nous sommes dits : inventons le Mauvais Mème Vert. Faisons-lui un peu honte. Tendons-lui un miroir et montrons-lui ce qu'il fait, avec l'espoir qu'il séparera le Mauvais Mème Vert du VERT légitime et sain. 

Bas les masques, donnons à voir à suffisamment de gens leur duplicité, leur superficialité, le côté complaisant et auto-satisfait de leurs propres systèmes de croyances sous leurs atours politiquement corrects, pour finalement faire passer la nouvelle qu'il existe quelque chose qui va plus loin. C'est une mesure drastique, une stratégie rhétorique pour afficher un symbole qui, nous l'espérons, aidera un certain nombre de gens à comprendre que ce qu'ils font revient en réalité à détruire cela même qu'ils désirent accomplir. 

WIE : Quelles sont les implications spirituelles et psychologiques du Mauvais Mème Vert

DB : Le VERT démarre par la quête de soi. " Je veux arriver à me connaître. Je veux me confronter à l'enfant caché en moi. Je veux faire la paix, je veux trouver la tranquillité. " Donc je vais à une séance d'entraînement à la sensibilité pour avoir un feed-back ; j'entre en moi-même, je vais au fond, pour examiner tout mon vécu et essayer de me débarrasser de la culpabilité. Le VERT déteste la culpabilité. Et il veut se confronter à la rage du point de vue de la victime, comme quelque chose qui lui est tombé dessus. Mais le VERT est un système relativiste. Et ce système de pensée comporte beaucoup de naïveté. " Tout le monde est bon ! C'est la société qui rend les gens mauvais. Il n'y a pas d'individu mauvais. Le mal n'existe pas. Tout cela est un mythe. Tout le monde va nous aimer. " Et bien, le 11 septembre a sonné les trompettes du réveil. Pour la première fois le VERT a commencé à voir le vilain visage du BLEU/ROUGE. Depuis ce jour-là, beaucoup plus de gens s'intéressent au travail que nous faisons. 

Les Conditions de Vie

WIE : Vous avez dit précédemment que de nouvelles intelligences, de nouveaux niveaux de mème se forment en réponse à nos Conditions de Vie. Personne ne peut nier que les Conditions de Vie auxquelles nous sommes actuellement confrontés en tant que communauté humaine globale sont plus dangereuses qu'elles ne l'ont jamais été dans l'histoire, et constituent de graves défis. Pourriez-vous parler de ces Conditions de Vie et indiquer le rôle qu'elles jouent dans notre prochaine transition évolutive ? 

DB : Ce qui est survenu à notre époque, pour le meilleur ou pour le pire, c'est que nous avons appris les codes de base et les principes de la vie elle-même. Nous sommes confrontés à des choix d'immense portée : transformer nos habitats naturels, croiser des gènes, utiliser la science de diverses façons pour modifier l'expérience humaine. Aucun de nous, je pense, n'a idée de ce que cela va engendrer. Nous sommes donc arrivés maintenant à cette position : nous agissons comme des dieux. Nous pouvons changer l'avenir, et nous n'avions jamais eu cette capacité auparavant en tant qu'espèce. Donc encore une fois, nous découvrons que, non par nos échecs mais par nos succès mêmes, nous sommes confrontés à des conditions extrêmement dangereuses. 

En outre, le pouvoir, sous la forme de l'armement nucléaire développé dans le système ORANGE, plus complexe que le code BLEU précédent et comportant donc l'influence stabilisatrice de ce dernier, est à présent sous le contrôle du mème ROUGE. Or celui-ci, dépourvu de l'influence du BLEU, dépourvu de discipline, du sens des responsabilités, n'a pas conscience du potentiel de destruction mutuelle qui a émergé au stade ORANGE en même temps que cette avancée technologique particulière. Le ROUGE a une vision à court terme du pouvoir, et ça, c'est un sacré problème. C'est bien cela, n'est-ce pas, qui constitue l'un des risques majeurs auxquels nous sommes confrontés en tant qu'espèce. 

Les Systèmes de Valeurs de la Spirale Dynamique

WIE : Ajoutons à cette pression le fait que la vie change à une vitesse accélérée. La citation que je vais vous lire, de l'inventeur et futuriste Ray Kurzweil, exprime le changement énorme que nous précipitons, nous en tant qu'humains, dans le même temps que nous essayons de nous y adapter

« Il y a des siècles, les gens ne pensaient pas du tout que le monde était en train de changer. Leurs grands-parents avaient eu les mêmes vies qu'eux, et ils s'attendaient à ce que leurs petits-enfants aient la même, et cette attente était largement confirmée... Ce qui n'était pas pleinement compris, c'est que la vitesse de changement va elle-même en s'accélérant, et que les vingt dernières années ne sont pas un bon guide pour les vingt prochaines années. Nous doublons la vitesse de changement de paradigme, le taux de progrès, chaque décennie. Nous verrons dans les deux prochaines décennies autant de progrès que ce que nous avons accompli pendant tout le 20e siècle, car nous avons accéléré à ce point-là. Le 20e siècle a représenté l'équivalent de vingt-cinq années de changement à sa vitesse actuelle ; et dans les prochaines vingt-cinq années nous accomplirons quatre fois les progrès constatés au 20e siècle. Et nous accomplirons 20 000 années de progrès au cours du 21e siècle, ce qui est presque mille fois plus en termes de changement technique que ce que nous avons connu au 20e siècle. » 

DB : Oh, voilà une citation redoutable. Mais cela suppose que nos systèmes génétiques biologiques contiennent la complexité de codes nécessaire pour soutenir cette quantité de changement aussi rapidement. Il se présente déjà quelques doutes dans l'esprit de ceux qui étudient notre système immunitaire quant à savoir si oui ou non nous avons la capacité de gérer la complexité qui nous est demandée, même physiquement. Donc cette citation suppose un organisme qui est capable d'assimiler cette quantité de changement. Je ne sais pas si c'est le cas. Je sais qu'aujourd'hui nous sommes sujets à des changements incroyables parce qu'il y a des milliards de gens qui, de mon point de vue, traversent différentes couches et niveaux de la spirale simultanément. Donc, plutôt que notre espèce ne progresse uniquement le long d'une ligne horizontale, il apparaît que de multiples changements se produisent de haut en bas de la spirale. Beaucoup progressent maintenant dans des zones que nous avons quittées il y a trois cent ans.

On peut aussi ajouter d'autres choses, comme l'impact du microprocesseur. En outre, à mesure que nous en apprenons davantage sur nous-mêmes avec les études de biologie moléculaire, nous dévoilons ledit mystère de notre génétique. Nous pouvons faire du clonage ; nous pouvons croiser des gènes mais qu'arrivera-t-il si nous faisons du gâchis ? Si nous relâchons des agents biogènes, ou des virus, qui attaqueraient toute vie à base de carbone ? Quand nous nous mettons à jouer avec les codes les plus profonds de notre biologie, personne ne peut prévoir ce que les battements d'ailes d'un petit papillon dans la Théorie du Chaos* produira au bout du compte. C'est pour cette raison que nous sommes soumis à un tel stress, ce qui veut dire aussi que nous devrions rechercher de nouvelles formes d'organisation, rassemblant bien plus d’individus et de groupes d’individus, car aucun individu ne sera capable d’emmaganiser toutes ces informations. 

* (" L'effet papillon " illustre l'essence de la Théorie du Chaos. C'est la notion selon laquelle le battement d'ailes d'un papillon crée une perturbation qui, amplifiée par le mouvement chaotique de l'atmosphère, peut modifier les structures climatiques à grande échelle, de telle sorte que le comportement à long terme devient impossible à prévoir.) 

Jacques Ferber

WIE : La biologiste évolutionniste Elisabet Sahtouris a dit que " le stress est la seule chose qui cause l'évolution. " Y a-t-il une relation entre les niveaux toujours croissants de stress que nous éprouvons dans nos Conditions de Vie actuelle et la capacité, pour un pourcentage significatif d'entre nous, d'évoluer plus haut dans la spirale ? 

DB : Et bien, l'évolution profite des crises. Elle profite des appels à l'éveil. Mais cela ne garantit pas pour autant qu'il y aura un mouvement vers le haut. Si, pour les gens, les Huns sont à la porte, littéralement, ou s'ils sont soudain menacés de perdre leur travail pour cause de ralentissement ou d'effondrement économique, l'énergie et la capacité de penser de façon plus complexe s'affaiblissent, de fait, pour laisser place à un ordre de priorité inférieur ou remontant à un stade antérieur. Donc, en plus d'une crise, il doit y avoir une certaine stabilité dans le système mémétique de base. Et il doit y avoir la capacité de créer de nouveaux systèmes conceptuels, parce que le seul fait d'être exposée à des problèmes peut faire régresser la société tout entière.

C'est exactement ce qui s'est produit au Zimbabwe qui était un lieu très richement doté. A présent c'est quasiment la famine pour des millions de gens là-bas. C'est pourquoi le stress en lui-même n'est pas la clé. Comme dirait le prix Nobel Ilya Prigogine, quand un système commence à se désagréger, on atteint une phase où se produit soit une poussée vers un système plus complexe soit un recul vers un système moins complexe. Ce changement prend place lors de cette phase critique, ce point de rupture. Si les crises de stress sont certainement nécessaires pour sortir d'un paradigme mémétique, cela ne garantit pas pour autant que nous produirons l'émergence qui est nécessaire. Jusqu'à présent, ce fut le cas. 

Le Saut vers la Seconde Phase 


WIE : Votre collègue, feu Clare Graves, a eu l'intuition prophétique d'une transition évolutive que nous serions appelés à faire. Il y a trente ans, il a dit : " Les humains doivent se préparer à un saut important... Ce n'est pas simplement une transition vers un nouveau niveau d'existence mais le début d'une nouveau "mouvement" dans la symphonie de l'histoire humaine. " Pouvez-vous parler de la transformation qui nous est demandée pour survivre à nos Conditions de Vie actuelles, et évoluer vers la Seconde Phase ? 

DB : A la fin des années 70, Graves a commencé à découvrir, dans ses recherches et par l'observation, des schémas de pensée qu'il ne pouvait pas expliquer. Il a observé chez certains sujets soumis à des tests une qualité et une complexité extraordinaires dans la prise de décision et dans d'autres aspects des facultés cognitives. Ces individus semblaient avoir un type d'esprit différent. Ils pouvaient trouver davantage de solutions plus rapidement. Ils ne semblaient pas motivés par le statut. Il y avait un abandon de la peur, ce qui est peut être le point le plus significatif. La peur semblait s'être évanouie. La prudence n'avait pas disparu, mais la peur oui. La sécurité tribale (VIOLET), le pouvoir brut (ROUGE), le salut pour l'éternité (BLEU), la réussite individuelle (ORANGE), et le besoin d'être accepté (VERT), ces aspects avaient tous perdu de l'importance. A la place, on notait une curiosité accrue quant au fait d'être simplement en vie dans un univers en expansion. 

WIE : L'abandon de la peur signifierait certainement un changement énorme dans la conscience humaine et dans les motivations qui modèlent notre existence humaine. Clare Graves a-t-il trouvé d'autres indices de l'imminence de cette transition évolutive ? 

DB : Je crois qu'il a eu rapidement la preuve que certains esprits devenaient conscients des problèmes auxquels nous faisons face aujourd'hui, bien avant que ces problèmes ne deviennent visibles au reste d'entre nous. Il me disait qu'à son sens un cerveau sur dix mille naissait avec des traits biologiques et des fréquences différentes. Et que ces individus ne se conforment pas aux normes de la société parce que leur esprit est déjà organisé pour un paradigme différent. Il est finalement arrivé à la conclusion que dans ce domaine quelque chose d'unique était en train de se produire, qui ne semblait pas être seulement une nouvelle étape faisant suite au niveau VERT. Cela semblait être une nouvelle catégorie. Les Conditions de Vie qui demanderaient cette nouvelle complexité de pensée, celle qu'il a observée il y a une trentaine d'années, sont finalement apparues sur le devant de la scène. Mais il a fait ces constats bien avant le microprocesseur, avant la fin de la guerre froide, et avant la découverte de l'ADN et de la biologie moléculaire. 

Ainsi Graves a senti qu'un changement de nature profonde était en train d'avoir lieu, un changement qui se situait au-delà de la somme combinée des six premiers codes mémétiques. Bien sûr, tout cela était une théorie. Mais quand on regarde la complexité extraordinaire à laquelle nous faisons face, cette théorie semble gagner de plus en plus en crédibilité. Car maintenant nous pouvons voir la planète depuis la lune, nous avons ces merveilleux instruments d'analyse et ces satellites qui peuvent même sonder sous les surfaces, et, pour la première fois, nous pouvons commencer à comprendre la planète elle-même comme un écosystème global, d'une façon qui n'était pas possible auparavant. 

En outre, le monde actuel se trouve agité en tous sens par l'apparition en même temps d'expressions culturelles de tous les mèmes : tribus ethniques, seigneurs de guerre égocentriques, les " ismes " dangereux, supposés rédempteurs, toute une gamme d'opportunistes et de matérialistes en essor, et une multitude de structures postmodernes égalitaristes dans les domaines politiques, religieux ou professionnels. On ne sait plus où donner de la tête. Et que faisons-nous ? 

Jacques Ferber

WIE : Exact c'est la grande question. Comment le saut vers le second étage va-t-il répondre à cette question ? 

DB : A ce stade, on a jaugé tous les vieux systèmes mémétiques et on les a tous trouvés défaillants. Alors que la pleine manifestation du mème JAUNE, le premier niveau de la Seconde Phase, se trouve des années dans le futur, gardez à l'esprit que la texture et la capacité finale de ce niveau mémétique suivant doit s'ajuster à, et/ou dépasser, la complexité des Conditions de Vie à laquelle il est confronté. Il doit percevoir le tableau général et l'interconnexion de tout. Ainsi le JAUNE aura une perspective verticale rehaussée, avec la capacité de transcender et d'inclure, tout en les valorisant, les niveaux d'existence qui l'ont précédé, mais aussi d'anticiper ce qui va suivre. 

Je crois que le huitième code organisateur ou mème, le TURQUOISE, émergera en conjonction avec le septième, le JAUNE. On pourrait voir le JAUNE comme " un cerveau gauche avec des sentiments " et le TURQUOISE comme " un cerveau droit avec des données. " Le TURQUOISE se focalisera sur les vagues les plus amples, sur les grands courants d'énergie, et agira au nom de la Force de Vie elle-même, dans ses nombreuses manifestations et diverses formes de vie sur la planète. La seconde phase, à travers des structures, combinera les éléments du JAUNE et du TURQUOISE pour rechercher la qualité et la profondeur de pensée aptes à régler des problèmes complexes. Et avec tout ça, il y a la reconnaissance que la spirale entière elle-même est spirituelle, et que nous nous trouvons sur cette échelle montante de l'émergence humaine. C'est cela, la spiritualité. 

Mais puisque les mèmes ne sont pas des types d'individu, mais des formes d'intelligence adaptative chez les individus, le JAUNE et le TURQUOISE existent rarement pleinement chez nos contemporains. Différentes personnes en possèdent différents fragments, ou composants, ou mêmes versions, et cela rend encore plus nécessaire la formation de ce que j'appellerais des " syndicats de cerveau créatif ", produisant par interactions et dialogues des plongées plus profondes dans la connaissance. Donc cela doit donner lieu, pour la première fois, à des discussions vraiment sérieuses, au lieu de ces conférences isolées où chacun expose son petit topo personnel. Cette émergence va appeler des échanges de vues en profondeur. Et savoir si, encore une fois dans leur histoire, les humains seront capables de s'élever à la hauteur de l'occasion est la question existentielle du moment. 

Ressources


On trouvera des références bibliographiques et netographiques concernant la Spirale Dynamique dans la rubrique Ressources des trois précédents billets ainsi que de nombreuses autres dans le billet intitulé : Une Spirale Dynamique aux couleurs de l’évolution. On pourra aussi se référer aux billets classés sous le libellé Spirale Dynamique dans le Journal Intégral.