jeudi 22 septembre 2016

La Spirale Dynamique (1)


Mieux vaut prendre le changement par la main avant qu’il ne nous prenne par la gorge. Winston Churchill 


Dans notre précédent billet, nous évoquions le Cinquième forum international de l’évolution de la conscience qui aura lieu le 8 octobre prochain autour du thème : Le Quatrième Big Bang, le potentiel infini de l’amour et de la conscience. Cette nouvelle édition nous invite à considérer notre humanité dans la perspective d’une évolution marquée par trois grands "big bangs" : l'apparition de l’univers physique, l’émergence de la vie et l’avènement de la pensée. Cette dynamique de l’évolution se manifeste chez l’être humain par un processus de développement à travers divers stades analysés, identifiés et cartographiés par les chercheurs en sciences humaines au cours du vingtième siècle. Ceux-ci ont créés de nombreux modèles développementaux concernant tous les aspects de la nature humaine : sociaux, culturels, psychiques, éthiques, cognitifs, comportementaux, etc… 

L’approche intégrale met en rapport tous ces modèles et les synthétise avec les grandes traditions spirituelles pour proposer une cartographie globale du développement humain. Une telle approche évolutionnaire correspond aux sociétés de l’information en mutation constante et en complexité croissante. De nouveaux modes de pensée doivent permettre de participer à ce changement continuel faute de quoi on est condamné à le subir. Comme le dit Winston Churchill : « Mieux vaut prendre le changement par la main avant qu’il ne nous prenne par la gorge. » 

Cet aphorisme est d'une actualité brûlante en ces temps troublés où la mondialisation produit un choc des civilisations, des valeurs et des visions du monde qui leur sont inhérentes. Une perspective intégrale identifie et respecte chacune de ces "visions du monde" comme l'expression d'un stade de développement indispensable à l'évolution humaine. Ce qui permet d'établir des ponts et des corrélations entre des cultures fondées sur des "systèmes de valeurs" différents tout en respectant leur identité et leur intégrité.

Si la Spirale Dynamique est l’un des modèles développementaux les plus connus c’est sans doute à cause d’une certaine simplicité (apparente) qui permet d’identifier chacun des grands  "systèmes de valeurs" par une couleur correspondante. Dans un article du magazine américain What is Enlightenment ? paru à l'Automne 2002 et intitulé La Spirale de l’évolution. Une quête infinie par le haut, Jessica Roemischer propose un long entretien avec Don Beck, co-auteur du modèle de la Spirale Dynamique, que nous vous proposerons dans nos prochains billets. Pour mieux se familiariser avec l'esprit qui préside à ce modèle, voici ci-dessous la présentation de cet entretien par Jessica Roemischer. Une présentation qui sera précédée d’un extrait de "La révolution de la pensée intégrale" paru en 2010 dans lequel Patrick Drouot évoque l’intérêt et l’originalité de ce modèle : « La Dynamique Spirale permet de regarder sous la surface de la pensée humaine, à la recherche des systèmes de valeurs qui agissent à l’intérieur des individus et des structures sociales. » 

Penser l'évolution grâce à une spirale. Patrick Drouot 

Dans cet extrait de « La révolution de la pensée intégrale », Patrick Drouot traduit le terme anglais Dynamics Spiral par Dynamique Spirale. Dans le texte de Jessica Roemischer, nous avons choisi pour notre part de le traduire par Spirale Dynamique conformément à ce qui est devenu l’usage majoritaire dans l’espace francophone. 

C’est dans les années 1950 que le professeur Clare Graves a échafaudé ce qu’il a d’abord appelé sa « "Théorie de l’émergence cyclique des niveaux d’existence". Une formule un peu barbare pour décrire une réalité certes complexe, mais très accessible et qui met magistralement en lumière la manière dont évoluent à la fois les humains et les sociétés qu’ils composent. Plus tard, dans les années 1980, ces travaux, repris et complétés, ont été baptisés "Dynamique Spirale" par les deux élèves de Graves qui se sont attelés à la difficile tâche de poursuivre les travaux du fondateur du modèle.

Aujourd’hui, c’est donc sous cette appellation que l’on connaît cette théorie. Une appellation très parlante. En effet, il semble que depuis cent mille ans, les sociétés humaines aient évolué non pas en suivant une ligne droite lancée vers un avenir toujours fuyant, mais comme une Spirale ; un mouvement inexorable vers plus de complexité, qui se développe à la manière d’une courbe s’enroulant autour d’un axe central et repassant périodiquement à l’aplomb des mêmes points, sur un plan supérieur. 

Depuis, cette idée provocante a séduit un nombre grandissant de penseurs et de chercheurs de tous bords. D’autant que Graves a émis une hypothèse étonnante : les sociétés planétaires évolueraient par elles-mêmes, cette évolution façonnant les humains qui la composent et qui, par leur propre transformation, influenceraient à leur tour la société dans laquelle ils vivent. Ce n’est donc pas une seule Spirale que nous allons étudier, mais une sorte de double hélice dont une branche concerne l’évolution de la société, et l’autre celle de l’individu, les deux étant indissociablement liées. 

Avant de parvenir à cette vision de l’évolution humaine, Graves s’est livré à un véritable travail de fourmi, interviewant des milliers de personnes, réalisant des tests très minutieux, mettant en perspective les résultats de ses entretiens, analysant les théories précédentes... Et les conclusions qu’il en a tirées jettent une lumière nouvelle sur les mécanismes du monde actuel, tout particulièrement dans la période de crise que nous traversons. 

De plus en plus vite... 

Le rythme d’évolution du monde ne cesse de s’accélérer. Il y a quelques milliers d’années, ce rythme était si lent qu’au cours d’une vie, les individus ne percevaient pas les mutations de leur groupe. Plus tard, il y a quelques siècles, il s’est accéléré, permettant aux personnes d’un même groupe (une ethnie, un pays...) de commencer à percevoir une petite partie de cette évolution. 

Pourtant, le temps de l’évolution du monde est globalement resté plus lent que le temps des hommes jusqu’à une période très récente. C’est seulement depuis la fin du XIXe siècle que le processus a commencé à s’inverser. Aujourd’hui, le rythme d’évolution des sociétés humaines, et tout particulièrement celui des sociétés occidentales, est devenu plus rapide que celui de l’individu. Les grandes mutations, qui s’étalaient autrefois sur des centaines, voire des milliers d’années, ne durent à présent que quelques décennies. Au cours d’une existence, nous pouvons être les témoins conscients de plusieurs mutations successives.

Prenez nos arrière-grands-parents, nés au début du XXe siècle. Les premières années de leur vie se sont déroulées dans un monde où l’on s’éclairait encore avec des lampes à pétrole et où l’on voyageait en voitures à cheval. Ils ont dû s’adapter à l’électricité, à la voiture automobile, puis au téléphone, à la radio, à la télévision... Certains ont même vu l’homme marcher sur la lune et ont assisté aux balbutiements de la planète internet. Ces découvertes n’ont pas seulement modifié leurs habitudes de vie quotidienne, elles ont eu un retentissement profond sur leur vision du monde, bouleversant notamment la relation au temps et à l’espace.

Pour la plupart, nos aïeux n’ont été que les témoins passifs de ces mutations de plus en plus rapides : certains se sont laissé entraîner comme des bouchons flottant sur le courant ; d’autres ont résisté de toutes leurs forces à ce qu’ils ont persisté à considérer comme des changements inutiles et perturbants. Il en va différemment aujourd’hui. Si nous le désirons, nous pouvons devenir les acteurs conscients de ces mutations et, du même coup, participer à l’évolution en cours. C’est vrai pour les décideurs sociaux et politiques ; c’est vrai pour les chefs d’entreprise ; c’est vrai aussi pour chacun de nous, dans le cadre de nos vies personnelles. 

De nouvelles architectures de pensée

Voilà pourquoi la Dynamique Spirale tient une place essentielle dans le dispositif global de la pensée intégrale. Que nous soyons décideurs, patrons, partie prenante dans l’évolution des structures sociales, ou que nous agissions uniquement au niveau de notre mutation individuelle, nous ne pouvons plus nous contenter de résoudre les problèmes au fur et à mesure de leur apparition. C’est une attitude dépassée, qui nous contraint à rester à la traîne du changement. Une dynamique plus radicale est aujourd’hui nécessaire. Elle appelle pour l’avenir de nouvelles architectures de pensée qui anticipent les changements.


Dans ce cadre, la Dynamique Spirale est d’une aide précieuse. En portant, sur nous-mêmes et sur les structures dans lesquelles nous sommes intégrés, ce regard radicalement différent, nous pourrons enfin transformer les problèmes émergents en défis capables de créer pour demain de nouvelles opportunités de croissance, aussi bien pour les individus que pour la société. La Dynamique Spirale permet de regarder sous la surface de la pensée humaine, à la recherche des systèmes de valeurs qui agissent à l’intérieur des individus et des structures sociales. 

Les questionnements qui émergent aujourd’hui ne sont que les symptômes d’un malaise sous-jacent, des controverses de surface, révélatrices des mutations qui sont en cours en profondeur. Il faut donc lever un coin du voile pour regarder ce qui se passe en dessous, si nous voulons avoir une chance d’accélérer notre rythme d’évolution personnel et de le synchroniser avec celui des sociétés humaines du XXIe siècle. 

La Spirale de l’évolution. Une quête infinie vers le haut. Jessica Roemischer 

Extrait du numéro 22 (automne/hiver 2002) du magazine américain What is Enlightenment ? 

Je pense que je commence à voir les gens comme des couleurs ! Après trois mois d'immersion dans la Spirale Dynamique, une théorie sur l'histoire du comportement humain qui plonge dans les profondeurs, je peux affirmer sans exagérer que la dynamique de cette Spirale est, en effet, une des avancées les plus importantes dans la compréhension et la gestion de la complexité, cette complexité que nous sommes. Nos diverses visions du monde, nos croyances, nos identités mêmes, sont représentées par huit " Mèmes ", ou systèmes de valeurs, qui s'appliquent autant aux individus qu'à des cultures entières. Et, au fur et à mesure que je la découvre, cette représentation de la conscience humaine en forme de spirale de l'évolution, avec sa hiérarchie de " Mèmes " codés en couleurs, est littéralement en train de colorer ma perception. 

J'étais au mariage d'un ami quand, tout à coup, je me suis rendu compte que je voyais le Mème BLEU (absolutiste) dans cette dame en vêtements guindés qui portait un crucifix, le Mème ORANGE (entrepreneur) dans ce jeune arriviste avec sa Rolex, et le Mème VERT (égalitaire) dans ce hippie barbu et vieillissant. Pire que ça : je commence à voir à quel point je suis moi-même " VERTE ", avec mon désir de vie communautaire et d'acceptation consensuelle, mon fort parti-pris contre les corporatismes et les conservatismes politiques, et ma passion pour les causes environnementales, même si, je dois l'avouer, je suis attachée à conduire vite (ROUGE-impulsif) mon Audi (ORANGE) ! 

Dois-je m'en inquiéter ? Suis-je en train de cataloguer les autres, et moi-même, en classant tout selon ces types répertoriés en couleurs, appliqués peut-être à la va-vite, que l'on appelle " Mèmes " ? Le modèle de la Spirale de l’Évolution, constitué de ces Mèmes, n'est-il qu'une façon pratique de fuir la complexité et la diversité des êtres humains, d'éviter d'avoir à user de discernement et de rigueur ? Au contraire, ai-je découvert, cette grille d'interprétation, loin de conduire à un froid détachement analytique ou à une perspective unidimensionnelle, éclaire en profondeur les lignes fuyantes de la psychologie humaine, les croyances et les valeurs (y compris les miennes) qui, souvent inconsciemment, guident nos choix et façonnent jusqu'à notre sens de l'identité.

Le point de vue de la Spirale Dynamique aboutit également à une objectivité inattendue et libératrice, car elle situe ma propre expérience dans le contexte de l'histoire entière de l'évolution psychologique humaine dont la totalité se retrouve en chacun de nous, depuis les instincts de survie les plus primitifs (BEIGE) jusqu'aux aspirations spirituelles les plus évoluées (TURQUOISE), avec, dans mon cas, une bonne dose de bonne conscience éco-égalitariste (VERT) à remettre en cause ! 

Un magicien de la spirale


Mais pourquoi une spirale, me direz-vous ? Le mouvement spiralé est l'expression dynamique des forces cosmiques et naturelles, une " fractale universelle dominante ", manifeste partout, que ce soit dans le code ADN en hélice ou dans les galaxies en spirale qui peuplent notre univers. Le mouvement en spirale semble la meilleure façon de représenter l'évolution de la conscience humaine : par une structure en spires montantes, évolutives, qui dresse la carte de nos systèmes de pensée en évolution, se déployant en niveaux de complexité croissante. 

Il est certain que la conscience humaine a considérablement augmenté en complexité au fil des millénaires, comme le démontre le rythme accéléré de notre monde hautement interactif. Toutefois, en dépit des illusions que je pourrais avoir sur mon positionnement dans la spirale, de par ma vie " high-tech post-moderne ", le modèle de Beck et Cowan nous signale que les êtres humains émergent à peine du premier grand épisode de l'histoire humaine, une ère de 100 000 ans fondamentalement basée sur la survie : la " Première Phase " de la Spirale.

Don Edward Beck développe, enseigne et met en œuvre son concept de stade évolutifs depuis bientôt trente ans. Transmettant la perspective authentiquement " intégrale ", ou inclusive, qui est l'essence de ce modèle en spirale, Beck reconstitue la vaste tapisserie que forment les diverses cultures, avec le soin, la perspicacité, et la familiarité de quelqu'un décrivant sa famille, attentif aux capacités et aux tâches propres à chacun de ses représentants. Son humanisme évolué et son enthousiasme contribuent à nous convaincre que son interprétation des étapes de l'évolution culturelle est extrêmement utile pour prendre en charge les défis et les responsabilités immenses auxquels nous sommes confrontés en ce moment de l'histoire.

En effet, on pourrait qualifier Don Beck de militant-philosophe pour ce nouveau millénaire. En tant que co-fondateur du Centre National des Valeurs à Denton, Texas, et président du Spiral Dynamics Group, à visée internationale, il est, selon sa propre définition, un " magicien de la Spirale ", utilisant ce modèle évolutif pour effectuer des changements de système à grande échelle, dans différents secteurs et diverses cultures. 

Une nouvelle dimension de la nature humaine


Avec Christopher Cowan, il a écrit en 1996 "Spiral dynamics : Mastering Values, Leadership, and Change" (" La Spirale Dynamique : maîtriser les valeurs, la direction et le changement "). Cet ouvrage développe la théorie de l'évolution des grands systèmes valeurs, selon un processus oscillant en spirale au fil de l'histoire humaine, émise à la fin des années 60 par le psychologue et professeur Clare Graves, mort en 1986. La longue carrière de consultant de Beck l'a conduit sur des sites aussi différents que le 10 Downing Street, pour rencontrer des membres du bureau politique de Tony Blair ; le cercle dirigeant de Chicago, pour traiter les difficultés rencontrées par les institutions éducatives dans cette ville ; la Banque Mondiale, pour examiner l'avenir de l'Afghanistan ; et les conseils d'administration de grandes banques, de compagnies aériennes, de distributeurs d'énergies, d'agences gouvernementales. 

Don Beck a discuté de problèmes raciaux avec le Président Bill Clinton et de stratégies de réconciliation avec le président Nelson Mandela, jouant notamment un rôle central dans la création pacifique d'une Afrique du Sud démocratique, action récompensée par un poste législatif honorifique en 1996 dans l'état du Texas où il réside. Plus récemment, il a fondé avec le philosophe intégral Ken Wilber et le président de l'institut Airlington John Petersen, entre autres, le SDi ou "Spirale Dynamics intégral" pour " gérer les interventions, le changement et la transformation à grande échelle". 

S'appuyant sur sa vaste expérience, Don Beck explique pourquoi la théorie de la Spirale Dynamique est un instrument de grande portée pour quiconque reconnaît la nécessité d'une transformation humaine et d'une réconciliation globale en cette période aussi critique et exigeante de l'histoire. De fait, plus l'on se familiarise avec la perspective globale de la Spirale Dynamique, plus on comprend pourquoi cette théorie imposante a pu être qualifiée de " nouvelle définition de la nature humaine et de la dimension évolutive de l'intelligence humaine. " 

Lire l’entretien avec Don Beck dans les prochains billets du Journal Intégral

Ressources
 
Penser l'évolution grâce à une spirale  Extrait de La Révolution de la pensée intégrale de Patrick Drouot. Site Inrees 


La spirale de l’évolution. Une quête infinie vers le haut. Un entretien avec Don Beck, co-auteur du modèle Spiral Dynamics. L’article est extrait du numéro 22 (automne/hiver 2002) du magazine américain What is Enlightenment ? 

Dans Le Journal IntégralUne Spirale dynamique aux couleurs de l’évolution : on trouvera dans la rubrique Ressources de ce billet de nombreuses références bibliographique et nétographiques; Introductions à la Vision Intégrale

Aucun commentaire:

Publier un commentaire