mardi 4 octobre 2016

La Spirale Dynamique (2) Evolution et Complexité


L’histoire humaine n’est qu’un effort incessant d’invention, et la perpétuelle évolution est une perpétuelle création. Jean Jaurès 


Samedi prochain aura lieu à Paris une nouvelle édition du Forum international de l’évolution de la conscience autour du thème : Le Quatrième Big Bang, le potentiel infini de l’amour et de la conscience. Une occasion de mettre en perspective le développement humain avec la dynamique d’une évolution qui s’est manifestée au cours du temps par l'apparition de l’univers physique, l’émergence de la vie et l’avènement de la pensée. Comme le dit le philosophe des sciences Michel Serres dans un récent entretien au Monde où il évoque Une autre philosophie de l'histoire : « L’humanité n’a pas commencé au moment de la naissance de l’écriture, au sens usuel du terme, mais bien au moment du Bing Bang. Notre grand récit n’a pas treize mille ans mais treize milliards d’années. D’ailleurs les premiers atomes apparus lors du Big Bang, comme l’azote, le carbone et l’hydrogène sont ceux qui composent notre humanité. J’espère qu’un jour nos petits enfants apprendront cette histoire-là. Si l’homme risque de détruire la planète, c’est parce qu’il a oublié son histoire, qui est commune avec la nature. » 

L’histoire de l’humanité s'inscrit donc dans le grand récit de l’évolution. Manifestation de la dynamique évolutive, le développement humain apparaît comme une montée en complexité de la conscience humaine à travers différents stades identifiés. Cette vision évolutionnaire de l’être humain a été promue depuis deux siècles par un certain nombre de penseurs comme Hegel, Bergson, Jaurès, Teilhard de Chardin, Jean Gebser ou Sri Aurobindo. Elle se formalise aujourd’hui à travers une théorie intégrale qui synthétise de nombreux modèles du développement humain proposés aussi bien par les sciences humaines que par les grandes traditions spirituelles. 

Présentée dans notre précédent billet, la Spirale Dynamique est un des principaux modèles auquel se réfèrent les praticiens du développement intégral. Nous vous proposons ci-dessous la première partie d’un long entretien au cours duquel Don Beck - co-auteur de ce modèle avec Christopher Cowan - explique notamment « comment les humains sont capables, lorsque les conditions deviennent suffisamment mauvaises, de s'adapter à leur situation en créant de plus grandes complexités de pensée pour gérer de nouveaux problèmes ». 

P.S : Ce billet est la suite du précédent qu'il vaut mieux avoir lu pour comprendre et intégrer celui-ci.

La Spirale de l’évolution. Une quête infinie vers le haut (2) Jessica Roemischer 


What is enlignhtenment ? : Don Beck, pouvez-vous commencer par expliquer le concept de base de la Spirale Dynamique ? 

Don Beck : Le concept de la Spirale Dynamique est que la nature humaine n'est pas figée ; tout n'est pas joué à la naissance. Au contraire, nous avons les capacités, par la nature même de notre esprit/cerveau, de construire de nouveaux mondes conceptuels. Aussi, ce que nous essayons de décrire est simplement comment les humains sont capables, lorsque les conditions deviennent suffisamment mauvaises, de s'adapter à leur situation en créant de plus grandes complexités de pensée pour gérer de nouveaux problèmes. 

WIE : Pouvez-vous en dire davantage sur cette capacité, qui semble propre à l'homme, de développer des niveaux plus élevés de pensée et de connaissance ? 

DB : La Spirale Dynamique a pour postulat que nous possédons une intelligence adaptative, " intelligence complexe, adaptative et contextuelle ", qui se développe en réponse aux circonstances et défis de la vie auxquels nous sommes confrontés - ce que dans ce modèle de dynamique en spirale nous appelons les Conditions de Vie. Ce sur quoi nous portons systématiquement notre attention est la dynamique d'ordre causal créée par les Conditions de Vie, puis sur les types de mécanisme d'adaptation et d'intelligence collective qui sont fabriqués en réponse à ces conditions. Ces intelligences collectives sont ce que nous appelons les Mèmes *. 

*(Le concept de " mème " fut proposé dans les années 70 par le biologiste évolutionniste Richard Dawkins. Selon lui, il fallait considérer l'évolution de la culture indépendamment de l'évolution génétique et biologique. Les " mèmes " de Dawkins désignent des " unités de transmission culturelle " spécifiques, telles que les chansons, les idées, les modes vestimentaires, parmi d'autres exemples. Toutefois, dans la Dynamique en Spirale, elles sont appelées " petits mèmes ". Lorsque Beck utilise le mot " mème ", il fait référence à un " système central de valeurs " ou " mème de valeurs ". Ces systèmes agissent comme " principes organisateurs " s'exprimant à travers les petits mèmes, et ils sont si essentiels à nos façons de penser qu'ils peuvent " se répandre à travers tout un groupe ou une culture entière, et structurer par eux-mêmes les états d'esprit ".) 


WIE : Vous semblez insister sur la nature évolutive de l'intelligence humaine, qui nous permet de nous adapter et de survivre à nos défis existentiels, ou " Conditions de Vie ". Pouvez-vous en dire plus sur l'importance évolutive des " mèmes " ? 

DB : Comme les gènes, les virus et les bactéries, les mèmes répondent au même principe de base que l'on trouve dans l'univers, à savoir le renouvellement, la capacité de régénération. Chaque mème successif implique un horizon plus vaste, un principe d'organisation plus complexe, avec un nouveau calibrage des priorités et des structures mentales, ainsi que des lignes de fond spécifiques. C'est un moyen résoudre les problèmes. C'est un moyen d'assigner un ordre de priorité, de mettre en avant ce qui est plus important et pourquoi, en réponse aux Conditions de Vie. Et tout comme un code biologique ADN, code qui se reproduit lui-même en se disséminant dans tout le corps, le code d'un mème est un schéma bio-psycho-socio-spirituel de type ADN, une empreinte qui se répand à travers une culture, et joue son rôle dans tous les domaines d'expression de cette culture, modelant les codes de survie, la mythologie des origines, les formes artistiques, les styles de vie, les appartenances communautaires.

WIE : Donc, selon vous, à mesure que les humains s'adaptent à leurs Conditions de Vie, cela éveille de nouvelles sortes d'intelligence, ou des codes, les " mèmes ", qui à leur tour façonnent l'évolution de la culture. 

DB : Oui. Et les cultures, comme les pays, sont formées par l'émergence de ces mèmes, ou systèmes de valeurs, qui constituent le ciment qui relie un groupe, le définissant comme type de population et réfléchissant la place qu'il occupe sur la planète. Mon vieil ami et collègue, feu le professeur Clare Graves, avait l'intuition qu'il existait des modèles sous-jacents dans l'évolution de la conscience humaine. Il a identifié huit niveaux d'existence psychologique et culturelle, ou systèmes de valeurs, qui sont devenus la base de notre modèle en spirale. Les mêmes principes ou niveaux d'existence s'appliquent aussi bien à une personne individuelle qu'à l'ensemble d'une société. Graves a impliqué des milliers de personnes dans son étude, cherchant constamment à déceler ces modèles sous-jacents qui, estimait-il, reflètent différents niveaux d'activation de notre système nerveux moteur. 

WIE : Pourriez-vous esquisser le modèle en spirale avec sa hiérarchie de huit mèmes, ou niveaux d'existence ? 

DB : Dans le langage de Graves, la " Première Phase " de la spirale est un ensemble de six mèmes caractérisés par les notions d'existence ou de subsistance. Cela veut dire que nous ressemblons davantage à des animaux qu'à des dieux et que nous avons à faire face à des problèmes d'existence d'ordre essentiellement terrestre. Donc, la Première Phase (BEIGE, VIOLET, ROUGE, BLEU, ORANGE, VERT) rassemble nos problèmes de " subsistance " ou de survie, tandis que la Seconde Phase (JAUNE, TURQUOISE) œuvre à l'élaboration de formes saines de tous les systèmes de la première Phase, dans le contexte d'une communauté globale, riche en informations et hautement mobile. Bien que Graves ait identifié huit niveaux d'existence, avec un neuvième à l'horizon, la Spirale est en expansion, ouverte sans fin, continue et dynamique. Il n'y a pas d'état final, pas de destination ultime, pas de paradis utopique. C'est une quête sans fin vers le haut, dont chaque phase n'est qu'un prélude à la suivante, puis la suivante, et la suivante.


WIE : Et qu'est-ce qui provoque l'émergence évolutive de ces stades, ou mèmes, le long de cette spirale ascendante ? 

DB : Nos crises, parce qu'elles offrent les points d'inflexion et les bornes repères qui déclenchent le mouvement vers le prochain niveau de développement humain. Et chaque niveau d'existence, ou mème, ressemble plus à une vague montante, un système vivant et fluide, qu'à une étape hiérarchique rigide comme une marche d'escalier. Une fois qu'un nouveau niveau apparaît dans une culture, tous les stades précédents de développement restent acquis dans le système de valeurs résultant. Dans le langage de Ken Wilber, tout nouveau stade social " transcende et inclut " chacun de ceux qui ont précédé. Pour cette raison, les systèmes de pensée plus complexes comportent de plus grand degrés de liberté.

Lorsqu'une nouvelle vision du monde apparait, les mèmes précédents ne disparaissent pas. Au contraire, ils restent contenus dans le flot global. Non seulement ils apportent leur contexture aux formes de vie plus complexe, mais de plus ils répondent "présent à l'appel" au cas où les problèmes qui les avaient fait émerger réapparaissent. Ce sont des systèmes présents en nous, des sortes de visions du monde en miniature, calibrées chacune pour répondre à des problèmes spécifiques de l'existence. Comme les poupées russes, il y a des systèmes dans les systèmes dans les systèmes.

WIE : Pourquoi utilisez-vous un modèle en spirale pour représenter l'émergence de ces stades évolutifs de développement psychologique et culturel ? 

DB : La forme spiralée du tourbillon est ce qui représente le mieux la façon dont émergent les systèmes humains, ou mèmes, car ils évoluent par niveaux de complexité croissante. Chaque spire montante indique la survenue d'une version plus élaborée de ce qui existe déjà, chaque mème étant un produit de son temps et de ses conditions. Et ces mèmes forment des spires correspondant à une complexité croissante chez une personne, dans une famille, une organisation, une culture ou une société. Nous vivons tous dans des états en mouvement ; il y a toujours de nouveaux vins, toujours de vieilles lies. Et l'on peut constater que tout ce processus évolutif fonctionne, du fait même que nous sommes toujours ici, que nous avons été capables de survivre des milliers et des milliers d'années sous la menace d'un environnement très hostile. Ainsi, nous sommes en présence d'une espèce merveilleuse qui a la capacité innée de se renouveler elle-même. C'est ce qui fait de nous des humains.

La suite de cet entretien dans le prochain billet… 

Ressources

La Spirale de l’évolution. Une quête infinie par le haut. Jessica Roemischer. What is Enlightenment ? Automne 2002. Traduction de EvolutionNext, co-organisateur du Cinquième Forum international de l'évolution de la conscience.

Six vidéos d’introduction à la Spirale Dynamique

1. Approche intégrale et spirale dynamique, une définition par Jacques Ferber. 4' 30". On trouvera plusieurs articles concernant la Spirale Dynamique sur son site Développement Intégral.

2. Conférence théâtralisée sur la spirale dynamique "Le monde change. Et nous ?" Véronique Guérin. 73'

Jacques Ferber et Véronique Guérin sont les co-auteurs de « Le monde change. Et nous ? » 

3. Conférence de Yann Cano sur la Spirale Dynamique 32' Yan Cano est l’auteur de Voyage au cœur de la Spirale Dynamique. 

4. Introduction à la spirale dynamique  Synode Technologies 5' 45"


Aucun commentaire:

Publier un commentaire