vendredi 1 février 2013

Table des Matières (9) Développement Intégral des Hommes et des Organisations


Il ne s’agit pas d’atteindre la perfection mais la totalité. Carl G. Jung


Chaque billet du Journal Intégral est la pièce d’un puzzle qui dessine, entre intuitions créatrices et réflexions critiques, la vision intégrale d’un homme réunifié dans un monde réenchanté. Les résumés des articles présentés dans cette Table des Matières permettront aux lecteurs de reconstituer ce puzzle en allant se référer à telle ou telle pièce afin de mieux comprendre et intégrer toutes les autres.


1 - Demandez le programme !... 2 - Une philosophie du Tout. 3 - La Petite Princesse. 4 – Evolutions. 5 - Evolutions (fin). 6 - Post-Matérialisme. 7 - Penser la nouvelle civilisation.

Table des Matières 2011

8 - L’ère des créateurs.


Développement Intégral des Hommes et des Organisations
Table des Matières (9) du 9/02/11 au 9/03/2011



Après des années de recherche théorique et d’applications pratiques dans sa propre société, Brian Robertson, inspiré par la sociocratie, le lean management, la théorie intégrale de Ken Wilber et l’éveil évolutif d’Andrew Cohen, a développé une forme originale de gouvernance nommé Holacratie. Ce système s’est développé avec succès dans le monde de l’entreprise comme dans celui des organisations non gouvernementales.

L’Holacratie est un système de gouvernance fondée, à partir d’une vision intégrale, sur le principe d’un éco-organisme cohérent et intégré, fort de l’expérience, de la compétence et de la capacité d’innovation collective de ses membres. Le but : faire émerger l’essence, le potentiel d’innovation et l'intelligence collective de l’organisation en les libérant des peurs et des ambitions des égos individuels.


Le 19 Février 2011 a eu lieu la onzième journée d’étude de l’Université Intégrale sur le thème : Vers une entreprise plus intégrale. L’entreprise du futur ne peut plus être seulement économique, rationnelle et à court terme... Il lui faudra se positionner également de plus en plus face à des enjeux à moyen et long terme, écologiques, sociaux, et spirituels. Ce nouveau défi relève de ce que nous appelons l’entreprise élargie ou «entreprise intégrale».

Derrière cette évolution se dessine : une entreprise qui, sans oublier les exigences du court terme, saura aussi conjuguer sa stratégie avec le moyen et le long terme. Une entreprise capable de penser rationnellement et dotée aussi d’une véritable intelligence collective, émotionnelle et de sens. Une entreprise qui replace l’humain au cœur de sa stratégie et qui considère cette ressource comme un facteur-clé de créativité et d’innovation. Une entreprise consciente de sa responsabilité écologique et des impacts négatifs sur la biosphère, qu’elle ne fera pas porter à la collectivité, ni aux générations futures.



Dans cet article, Michel Saloff-Coste, co-fondateur de l’Université Intégrale, définit de manière synthétique les trois axes du contexte évolutif dans lequel se développe l’entreprise du 21ème siècle. Un axe de durabilité économique, sociale et écologique. Un axe de temporalité, courte, moyenne et longue. Un axe de profondeur qui touche aux dimensions rationnelles, émotionnelles et spirituelles.

Ces trois axes sont interdépendants : la question de la durabilité amène à se poser des questions de temporalité et à approfondir son questionnement au-delà d'une rationalité étroite. L’intrication et l’interaction de ses dimensions nécessitent une nouvelle approche - à la fois systémique et intégrale - des organisations humaines en générale et des entreprises en particulier.


Un certain nombre d'entreprises d'avant-garde explore de nouvelles voies stratégiques créatives en "changeant de damier" afin d'échapper à la concurrence frontale induite par les logiques d'excellence mimétique. Seule une stratégie créative "profonde" qui ré-enchante le monde spirituellement, émotionnellement et rationnellement parce qu'elle fait appel à un authentique travail d'inspiration et de vision, peut créer de la valeur à court, moyen et long terme pour l'ensemble des parties prenantes de l'entreprise : clients, actionnaires, fournisseurs, citoyens, planète.

La "stratégie créative en profondeur" est un moyen essentiel pour répondre de façon innovante aux enjeux d'un développement durable, écologique, socialement responsable et néanmoins économiquement rentable ! Plus l'entreprise est créative et décalée par rapport au contexte, plus elle devient "idéologique" et d'une certaine manière "politique" et "spirituelle" parce qu'elle est porteuse alors d'une "autre" vision du monde.


Il ne s’agit pas de donner un sens à la vie : elle en a déjà un depuis des milliards d’années. Il suffit simplement d'être à son écoute. En intégrant naturellement les éléments de son milieu, la vie devient conscience et la conscience devient esprit en se développant sur la spirale de l'évolution à travers des stades croissants de complexité et d'intégration. La vie nous est donnée, donnons-lui donc, en échange, cette attention subtile qui est la matrice où elle développera toutes ses potentialités créatrices.



On devient véritablement adulte en distinguant la perversité infantile de l'innocence enfantine, c'est à dire en se libérant de l'emprise qu'une toute puissance archaïque exerce sur notre psyché pour intégrer l'innocence créatrice comme guide intérieur dans notre chemin d'évolution. Car l'innocence enfantine est cette force de conversion intérieure capable de transfigurer poétiquement le monde, là où l'infantilisme est force de perversion qui réduit le monde et les autres à des objets au service d’une jouissance égoïste. Fixés de manière névrotique à l'état infantile, le pervers instrumentalise l'innocence pour satisfaire ses fantasmes de toute puissance.

La confusion entre les dimensions de l'enfantin et de l'infantile est l'illustration, sur le plan de la psyché, de ce que Ken Wilber nomme, à un niveau plus général, l'erreur pré-trans qui est un des apports les plus importants de la théorie intégrale. L'erreur pré-trans est celle que l'on commet en confondant les états de conscience pré-personnels, ceux qui préexistent à l'émergence de la conscience personnelle et rationnelle, avec les états transpersonnels qui incluent et transcendent ces derniers.


Plus qu’un film, Des Hommes et des Dieux de Xavier Beauvois est devenu un phénomène de société qui met en lumière les valeurs dans lesquelles se projette la frange la plus éclairée et la plus évoluée de la conscience collective à l'aube du XXIème siècle. Dans un monde en crise où règnent le conformisme et la compétition, le profit et le matérialisme, ces valeurs émergentes sont celles de la résistance et de la solidarité, du don et de la spiritualité.

Résistance illustrée par un groupe d’hommes réfractaires aux pressions du terrorisme fanatique comme à celles du conformisme social. Solidarité illustrée par les liens fraternels vécus au sein d’une vie communautaire et par les liens tissés entre cette communauté et son milieu de vie, social et naturel. Don illustré par une vie de service tournée vers toutes les formes de l'altérité : celle des autres hommes comme celle de la transcendance, et ce, dans une joyeuse frugalité. Spiritualité illustrée par une vie sacralisée à travers la rencontre - rituelle ou individuelle - entre hommes et dieux.



Nous présentons dans ce billet le site Développement Intégral de Jacques Ferber, professeur à l’université de Montpellier qui enrichit les pratiques spirituelles par sa connaissance des sciences cognitives. Dans ces temps où règne la confusion, où il est parfois difficile de trouver du sens dans les événements du monde, il existe un ensemble de courants psychologiques, spirituels, philosophiques, écologiques et sociaux qui se réclament d’une vision intégrale (parfois aussi appelée intégrative en français) qui montre l’articulation du développement individuel, relationnel, social et spirituel.

Il s’agit notamment de l’approche intégrale de Ken Wilber et la Spirale Dynamique, des spiritualités dans leur vision évolutionnaire et intégrative, de la psychologie des profondeurs, des sciences de la complexité, des sciences cognitives et sociales, de certaines formes d’écologie intégrale etc... Comme si tous ces courants nous parlaient de la même chose:  de l’intégration du masculin et du féminin, de la science et de la spiritualité, de la sexualité et du divin, du corps et de l’esprit, de la raison et des émotions, du Ciel et de la Terre, de la Lumière et de l’Ombre. Comme si tout cela nous montrait une évolution issue à la fois d’une émergence issue de mécanismes élémentaires (forces physique, sélection darwinienne, etc..) et d’un cheminement pré-établi vers une plus grande Conscience.


Le développement intégral est fondé à la fois sur une épistémologie intégrative et sur des modèles qui cartographient avec précision les diverses étapes du développement humain tant sur le plan personnel que sur le plan collectif. Autrement dit : une boussole et des cartes. A partir des recherches en sciences humaines – notamment en psychologie, en sociologie ou en anthropologie – les penseurs du développement humain estiment que la culture, comme la conscience individuelle, évoluent à travers des stades spécifiques et identifiés, selon une complexité et une intégration croissantes.

Dans ce billet, nous proposons la présentation synthétique et illustrée de la Spirale Dynamique, effectuée par Jacques Ferber pour les cours qu’il donne à ses étudiants à l’Université de Montpellier II. Le sous-titre de cette présentation est explicite : Evolution individuelle et collective à partir de l’approche intégrale de Clare Graves à Ken Wilber.



Une sexualité devient intégrale quand elle met en rapport le microcosme de l'élan érotique propre à chaque être humain et le macrocosme d’une dynamique évolutive concernant tous les règnes depuis des milliards d’années. La dynamique de l’évolution n’est pas une abstraction. Elle s’exprime en chaque humain de manière concrète et incarnée à travers un élan érotique à la fois sexuel et émotionnel, cognitif et spirituel. La dimension érotique n'est pas réductible à la sexualité. Multidimensionnelle, elle permet de participer en totalité, ici et maintenant, au mouvement de l’évolution créatrice dans l’athanor du continuum corps/esprit.

Nous proposons dans ce billet un article où Jacques Ferber évoque un Tantra intégral qui est la Voie d’Eros :  « Faire l’amour intensément, ce n’est pas jouer les jeux olympiques du sexe en contrôlant ce que l’on fait pour être plus “performant”, mais s’unir au niveau des énergies du corps, du cœur et de l’esprit. Lorsque l’union est intense, les gestes ne sont plus contrôlés. Le rythme est variable, parfois frénétique, parfois aussi lent et léger qu’une plume. Tout se passe comme si les corps n’étaient plus contrôlés, comme s’il n’y avait plus de “moi” pour maîtriser et comme si les corps étaient “agis” de l’intérieur par cette pulsion de vie liée au mouvement énergétique qui relie l’homme et la femme en une danse cosmique. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire