lundi 23 août 2010

Evolutions (7) - Un Changement de Paradigme

Sur le site où il présente ses publications et le programme de ses activités, Patrick Drouot, auteur de La Révolution de la Pensée Intégrale, propose un certain nombre d’articles où il fait part de ses recherches sur les états non ordinaires de conscience, les thérapies vibratoires et les traditions primordiales de l’humanité.
Trois de ces articles, ci-dessous, rendent compte de la dynamique énergétique et spirituelle à l’origine du changement de paradigme qui permet de transcender les limites de la vision réductionniste et matérialiste qui fonde la modernité pour aborder la complexité multidimensionnelle au coeur d'une vision intégrale.


Les Voyages Spirituels - P. Drouot

Les enseignements de toutes les traditions les plus anciennes de l'humanité nous ont largement démontré que le cerveau n'est pas limité aux cinq sens et qu'il lui est possible d'atteindre la créativité, la transcendance et la révélation. Il est possible de projeter notre cerveau ou notre conscience dans des états d'extraordinaire lucidité, de méditation profonde, de concentration et de contemplation.

L'étude des cultures à toutes les époques démontre un intérêt profond des hommes pour les états non ordinaires de conscience. Tous ces courants de pensée ont développé des méthodes pour les expliquer et décrire les différentes étapes du voyage spirituel. Cette connaissance a été transmise de bouche à oreille, de maître à disciple, de génération en génération, perfectionnant chaque jour davantage ce savoir.

Au début de l'ère moderne, alors que la science occidentale en était encore à ses premiers balbutiements (XVI et XVIIème siècles), la sagesse des anciens fut rejetée et remplacée par des modèles de la psyché fondés sur une philosophie strictement matérialiste. Néanmoins, dans les années soixante, un certain nombre de facteurs sociaux, ont permis de jeter des pavés dans la mare de la compréhension psychologique de l'être humain.

L'un des facteurs clé fut l'intérêt des jeunes générations pour les pratiques méditatives de l'Orient et la recherche de racines perdues: expérimentation des voies chamaniques, contact avec les Indiens d'Amérique du nord, revécu de la naissance et développement en laboratoire des techniques d'altération de la conscience.

Les rapports d'une nouvelle génération d'anthropologues sur leurs expériences personnelles dans les cultures chamaniques et les études scientifiques sur le coma dépassé ont fourni de nouveaux challenges à la psychiatrie et la psychologie traditionnelles. Bien des chercheurs, ayant systématiquement exploré ces nouveaux domaines, sont arrivés à la conclusion que les concepts scientifiques occidentaux et les idéologies qui en découlent avaient besoin d'être révisés et étendus.

Il est évident que pour n'importe quel voyageur de la conscience, ces expériences semblent répondre à trois catégories majeures. La première est d ‘ordre biographique, c’est à dire liée aux événements du présent et du vécu de la naissance. La seconde est liée à deux événements fondamentaux de la vie : la naissance et la mort. La troisième, la plus large est constituée d’expériences de type transpersonnelle, celles qui englobe les phénomènes mystiques.


Les jeux de la conscience humaine - P. Drouot

Nous sommes en train de vivre en un âge où le sol se dérobe sous nos pieds, où les fondations vacillent. Peut-être en a-t-il déjà été ainsi à d'autres époques. Aujourd'hui cependant la question de notre survie physique ou spirituelle se pose, impérative. La notion même de spiritualité ou le simple mot «spirituel» sont devenus tabous dans les milieux académiques. Sans doute faut il trouver l'origine de cette dépréciation dans ce qu'on appelait il y a une trentaine d'années « le nouvel orientalisme ». Aspiration soudaine, souvent dénué de sens profond vers un "Orient "de pacotille.

Notre époque est différente, il y a réellement une émergence de la conscience, perceptible en tous points sur notre planète. Ce changement semble mettre fin à la vision qui présidait depuis quelques siècles dans nos cultures occidentales. Hypertrophie d'un je ou d'un moi séparé du monde, exacerbation indue de l'aspect rationnel de la conscience au détriment de son versant intuitif, globalisant.

Peut-être comprendra-t-on alors la signification du mot spirituel, sa provenance essentielle. Issu du latin spiritus, le souffle, il trouve dans le mot grec psyché son écho, le souffle de vie. Saurons-nous réentendre ces mots pour retrouver notre source? Ainsi, la pensée du philosophe suisse Jean Gebser: « Un être qui se dissocie de son origine et de son but spirituel, agit contre son origine. Quiconque agit contre cela n'a ni aujourd'hui, ni de lendemain. »

Le "spirituel" ne recouvre pas une réalité éthérée ou fantomatique qui posséderait une existence séparée du corps. A travers lui et en lui l'existence corporelle sera rendue transparente. La transparence du corps et de l'esprit, ou le corps-esprit irradié par la lumière invisible.


Principes de base de la structure énergétique de l’être humain - P. Drouot

L'une des différences principales entre l'approche newtonienne et l'approche einsteinienne de l'être humain tient à la vision du corps. A travers son approche sophistiquée en biologie moléculaire, la pensée scientifique classique conçoit le corps physique comme une série de systèmes chimiques imbriqués les uns dans les autres. Or il est intéressant de constater que les spécialistes à l'avant-garde de la science suggèrent, tout comme les mystiques orientaux, que la nature solide de la matière n'est rien d'autre qu'une illusion des sens.

Cette perspective décrit la matière comme une substance composée de particules qui ne sont que des points de lumière froide. La dualité onde-particule de la matière tend progressivement vers un nouveau modèle de l'être humain en tant que système énergétique intelligent. Les enseignements mystiques orientaux rejoignent cette vision quand ils envisagent le corps physique comme le début d'une chaîne de systèmes énergétiques et non son aboutissement. Ces systèmes énergétiques subtils tiennent une place prépondérante dans le fonctionnement global de l'être humain. Ce modèle de pensée, bien sûr, s'oppose à la vision scientifique classique.

A travers toutes les expériences d'expansion de la conscience, on s'aperçoit qu'il n'existe qu'un voile entre notre condition du moment et notre nature véritable et intemporelle. Cet état de conscience ne peut s'exprimer habituellement avec des mots. Ainsi, lorsqu'on observe l'existence des champs énergétiques, des corps de lumière, on retrouve un langage ancien qui est en fait un meilleur support de communication. C'est une langue universelle, celle de la lumière. Nous nous rendons compte alors que les transferts d'informations d'une couche énergétique à l'autre se présentent comme une transmission de codes qui sont autant d'unités vivantes, à la fois plus précises et plus globales que notre langage verbal courant.

La différence entre la matière physique et la matière éthérique est donc essentiellement une différence de fréquence. Or, un principe reconnu en physique admet que des fréquences différentes puissent coexister dans un même espace sans se détruire mutuellement. Ce principe a des implications qui illustrent bien notre propos: de même que les ondes radio et les ondes télé peuvent se croiser dans un même espace sans interférer les unes avec les autres, la matière physique et la matière éthérique peuvent coexister.
Le corps éthérique, qui peut être considéré comme un champ d'énergie holographique, est superposé au corps physique. Le principe de coexistence des matières de différentes fréquences est applicable aux plus hauts niveaux des champs vibratoires. C'est tout du moins un exemple de la manière dont ces visions scientifiques avant-gardistes réconcilient science et tradition.

Les traditions orientales enseignent qu'il n'y a pas un corps mais que nous sommes un agrégat de sept corps. Ces corps sont imbriqués, et ils portent différents noms. Le corps éthérique, ou premier corps, vibre à une fréquence très proche de celle de la matière physique. Il se trouve à douze ou quinze centimètres du corps physique et l'on y retrouve le double lumineux de tous les organes du corps.

Dans ce corps éthérique se trouveraient soixante-douze mille canaux, des nerfs de lumière que les yogis nomment nadis et les Tibétains tza. Dans ces soixante-douze mille canaux circule une énergie universelle appelée prâna par les yogis. On parle aussi de mana, de wakan, de chi ou ki. Ce premier champ énergétique est donc vitalisé par cette force universelle.
Dans certaines conditions, cette force peut ralentir jusqu'à disparaître, provoquant ainsi des troubles physiques parfois graves. La première observation décèle que le corps éthérique est une interface entre des énergies élevées et le corps physique.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire