jeudi 12 août 2010

Evolutions (1)

Temps des vacances, le mois d’Août est aussi celui de la lecture et de la réflexion, à l’écart du rythme stressant des villes et du quotidien. Cela tombe bien : deux livres viennent de paraître ces temps-ci, dont les thèmes passionnent tous ceux qui s’intéressent à l’émergence et à la diffusion de la culture intégrale. Dans son ouvrage intitulé Du pithécanthrope au karatéka, Patrice Van Erseel traite de la dynamique de l’évolution des formes vivantes et de l’être humain, dans le sien, intitulé La révolution de la pensée intégrale, Patrick Drouot traite de l’évolution des formes culturelles et de la conscience.

La synchronicité de la parution de ces deux ouvrages est intéressante comme signe des temps dans la mesure où ces deux auteurs ont été, en France, chacun à sa manière, parmi les pionniers et les porte-paroles inspirés des nouvelles valeurs émergentes qui sont celles des créatifs culturels. Ancien journaliste à Actuel, Patrice Van Erseel est reporter et rédacteur en chef du magazine Nouvelles Clés, le magazine de référence des créatifs culturels, quant à Patrick Drouot, physicien de formation, dîplômé de la Columbia University de New York, spécialiste des états d'expansion de conscience, il a formé des milliers de personnes en leur permettant de développer leurs potentialités.
Depuis trois décennies, ces deux écrivains se sont fait connaître d’un large public à travers nombreux ouvrages dont certains sont devenus de véritables best-sellers comme La source noire de Patrice van Erseel ou Nous sommes tous immortels de Patrick Drouot parus tous deux, encore une coïncidence, en 1987...


Deux explorateurs

La Source Noire est le résultat d’une grande enquête scientifique et spirituelle sur les expériences de mort imminente au cours de laquelle Patrice Van Erseel a interrogé tous ceux - psychiatres, cardiologues, chirurgiens, biologistes et physiciens, - qui,, dans le monde entier, écoutent et analysent les expériences de ceux qui, en frôlant la mort, découvre une nouvelle approche de la vie, de la connaissance et de la mémoire. Quant à Patrick Drouot, il proposait dans Nous sommes tous immortels un rapprochement de la vision scientifique occidentale et de la tradition spirituelle orientale en traitant des thèmes des vies antérieures, de la période prénatale et de ce passage qu'est la mort.

A l’écoute des recherches qui, sur toute la planète, concernent le développement de la conscience, les mystères de la vie et de la mort ainsi que la redécouverte de certains savoirs ancestraux, ces deux auteurs explorent depuis une trentaine d’années les nouvelles frontières de la connaissance.

Comme tous les novateurs, ils ont, bien sûr, essuyé les quolibets d’une intelligentsia française enfermée dans les limites étroites d’une exception culturelle où les préjugés rationalistes se conjuguent à une abstraction conceptuelle, incapables de saisir, l’un et l’autre, les enjeux essentiels de la profonde évolution des mentalités en ce début de millénaire. Ce qui n’a pas empêché nos deux auteurs de continuer leur exploration, se rappelant la formule célèbre de Schopenhauer selon laquelle : « Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence».

Van Erseel et Drouot sont de véritables sismographes pointant les centres d’intérêts des créatifs culturels et exprimant la sensibilité de cette communauté à la pointe de l’innovation dans les pays développés. Leurs deux livres en témoignent : depuis quelques années, cette communauté se passionne pour l’évolution sous toutes ces formes : vivantes, culturelles et spirituelles.

Patrick Drouot n’avait pas publié de livre depuis sept ans, quant à Patrice Van Erseel, il lui a fallu une quinzaine d’années – trois ou quatre fois plus que pour la moyenne de ses autres livres – pour écrire celui-ci. Et comme par un heureux hasard - l’autre nom que l’on donne aux synchronicités - ces ouvrages sortent à la même période, avec un point commun : la référence au modèle de la Spirale Dynamique de Graves qui rend compte des différents stades de l’évolution culturelle.


Un point commun

En traitant de l’évolution des formes vivantes en général et plus spécialement de celle des hominidés, Patrice Van Erseel cherche à répondre à un certain nombre de questions : « Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Comment nos descendants vont-ils évoluer ? Comment l’humanité s’inscrit-elle dans les processus de l’évolution naturelle ? Et surtout, pouvons-nous faire en sorte que les activités humaines cessent de blesser la biosphère, mais se mettent au contraire en résonance harmonieuse avec elle ? D’une certaine façon, toutes ces questions sont liées. Pour une raison notamment, qu’exprime la formule suivante : « Toute innovation décisive est totalement imprévisible, mais récapitule et mémorise les processus qui ont conduit jusqu’à elle. »

Si le livre de Patrice van Erseel traite de l’évolution bio-physique ainsi que les controverses scientifiques et idéologiques liées à celle-ci, l’auteur s’interroge à la fin du livre sur la mutation collective que nous sommes en train de vivre et sur l’évolution culturelle que cette mutation implique : « Le modèle de la Spirale Dynamique nous montre que tous les âges de l’hominisation coexistent en nous, mais qu’il est urgent de passer à une nouvelle « couleur » dans l’ascension de cette spirale. »

Cette nouvelle couleur, Patrice Van Erseel la connaît fort bien : c’est dans, le modèle de la Spirale Dynamique, le jaune qui renvoie au stade intégral. Rédacteur en chef de Nouvelles Clés, il a ouvert ses colonnes aux pionniers de la culture intégrale, notamment à Andrew Cohen dans un entretien intitulé : Le laboratoire évolutionniste.

Nouvelles Clés a collaboré avec la revue Éveil et Évolution en reprenant certains de ses dossiers ou articles : Comment dépasser le débat "Dieu contre Darwin" et Elles inventent un nouveau féminin. Eveil et Evolution est la traduction française du trimestiel américain EnlightenNext (« The magazine for Evolutionaries »), qui s’est d’abord appelé What is Enlightenment ? et que dirige Andrew Cohen.


Dieu contre Darwin

En index de son ouvrage , Van Erseel propose le dossier Comment dépasser le débat "Dieu contre Darwin". En présentant ce dossier dans Nouvelles Clés, il exposait une perspective méthodologique que l’on retrouve dans ce livre :
« Vous avez lu les journaux, regardé les reportages à la télévision ? Vous savez donc comment le débat sur l’évolution est systématiquement présenté : Darwin contre Dieu - la Science contre la religion - l’Évolution contre le Créationnisme - la Raison contre la Foi. Voilà le débat auquel nous assistons depuis des années dans les médias et cela nous consterne, car la vraie question d’avant-garde, que ces querelles poussiéreuses ignorent ou camouflent est celle de la création.

De la création en général. Qui demeure un sacré mystère. Le grand débat ne porte pas sur notre rattachement (évident) au monde du vivant, ni sur l’interprétation (pathologique) des vieux livres sacrés par des adultes restés enfants, mais sur la nature même du processus créatif. Comment émerge le nouveau ? Comment a-t-il émergé depuis toujours ? Tandis que sur le champ de bataille des cultures, on tire à boulets rouges sur des boucs émissaires, les médias nous offrent la plupart du temps un semblant de choix, une polarisation artificielle entre deux extrêmes. En fait, c’est un autre débat qui se joue derrière la scène, un débat plus large, plus subtil et bien plus profond. Et il ne s’agit pas seulement d’une controverse entre science et spiritualité, mais aussi sur le genre de science et le genre de spiritualité dont nous parlons. Il est temps de proposer une approche différente.

Un groupe de chercheurs américains, regroupés autour du philosophe Ken Wilber et du « penseur de l’évolution et pionnier spirituel » Andrew Cohen - deux chercheurs en évolutionnisme dignes de la Renaissance, tant leur ouverture pluridisciplinaire est grande - ont inspiré à Carter Phipps et à son équipe, dans le numéro d’hiver 2007 de leur magazine What is Enligtenment ? (WIE), une vaste fresque panoramique, montrant côte à côte douze grandes écoles évolutionnistes actuellement actives sur la scène mondiale. C’est une classification parmi d’autres. Elle a le mérite d’embrasser large, prenant en considération la plupart des écoles actuelles, qu’elles soient scientifiques ou spirituelles. Cette grille nous invite à redéfinir la nature du processus évolutif et à revoir nos conclusions sur nos origines, sur qui nous sommes et sur ce vers quoi nous allons.

On retrouve bien sûr dans cette fresque ceux qui affirment que la vie, l’humanité et la conscience ne sont que purs accidents dans un cosmos dénué de sens, et qu’il n’y a strictement rien à en dire sur le fond - sinon que le seul sens possible est à inventer - ; et puis il y a ceux qui affirment que tout a été parfaitement planifié dès le début par une force divine, et qu’il n’y a rien à en dire non plus, puisque le sens a été donné une fois pour toutes. Mais entre ces deux options, il existe bien d’autres idées neuves et passionnantes, à même d’ébranler les bases de notre façon de comprendre la vie au XXIe siècle. Ainsi, au lieu de deux catégories, nous en trouvons douze. Au lieu d’un manichéisme en noir ou blanc, nous découvrons un spectre de couleurs. Ces nuances dépeignent un tableau bien plus intéressant et plus stimulant, et surtout bien plus exact, de la façon dont l’évolution est perçue dans les cercles philosophiques, scientifiques et spirituels actuels
Le dossier intitulé Le vrai débat sur l'évolution est disponible dans son intégralité sur le site de Eveil et Evolution.

(A suivre)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire